Brèves Contre la Taxe d’habitation

Veille Economique propose une bonne gestion des sociétés d’Etat pour croitre les recettes de l’Etat

Publié le jeudi 3 mars 2016, par

Le sujet a rythmé la vie des Togolais depuis le début de cette année 2016 et a été au rang des sujets de meeting de certains partis politiques dans le pays. Dans une sorte de rétropédalage l’OTR (Office Togolais des Recettes), qui aurait évoqué la possibilité de collecte de ces taxes d’habitation, a dû procéder à un certain démenti. Mais seulement que le calme n’est pas revenu au sein de la population, qui croit toujours que le gouvernement peut revenir par après pour imposer autrement cette taxe.
En conférence publique hier mercredi à Lomé, l’Association Veille Economique est revenue sur le sujet à travers un document intitulé « Taxe d’habitation ou aggravation de l’injustice sociale au Togo », pour évoquer l’inopportunité d’une telle taxe dans ce pays qui, d’après son responsable, Thomas Dodji Koumou-Nété, dispose d’autres moyens plus judicieux pour augmenter les recettes de l’Etat, que le paiement des ces taxes d’habitation par les populations.
« Il faut arrêter cette histoire de taxe d’habitation », a-t-il indiqué, avant de poursuivre en évoquant entre autres mesures pour augmenter les recettes de l’Etat, l’arrêt de la gestion des sociétés d’Etat au pif. M. Koumou-Nété propose au Chef de l’Etat et partant au gouvernement, à revoir la procédure de nomination des directeurs de sociétés d’Etat. Il suggère que ces nominations soient par exemple validées par l’Assemblée nationale. Aussi, Veille Economique à l’adresse du président de la République, Faure Gnassingbé, propose que « l’on commence par nommer à la tête des grandes sociétés d’Etat des gens qui ne sont pas forcément d’UNIR mais qui disposent de connaissances pouvant aider à faire relever le pays ».
En tout cas pour Veille Economique, c’est l’une des voies qui peuvent aider à augmenter les recettes de l’Etat autre que de penser à une taxe sur habitation à prélever chez les populations qui ploient déjà sous le poids des difficultés de la vie. Et donc prélever ces taxes chez ces populations n’est rien d’autre qu’une injustice sociale d’après Veille Economique.
T228