Infos Togo Prise en compte des exigences environnementales dans l’élaboration et l’exécution des projets de développement

Un dialogue sur l’environnement réunit porteurs de projets et différents acteurs à Lomé

Publié le jeudi 1er avril 2021, par Gabinho

« Comment intégrer les exigences environnementales dans l’élaboration et l’exécution des projets de développement au Togo ? », la question fait l’objet d’un dialogue directe entre les porteurs de projets qui ont des impacts sur l’environnement et autres acteurs, depuis ce Jeudi matin à Lomé. Deux jours durant, les acteurs venus aussi bien du public que du privé réunis sur initiative de ANGE (Agence Nationale de Gestion de l’Environnement), auront à échanger pour ressortir les bonnes pratiques qui devront aider à ce que les projets de développement dans leur exécution ne deviennent des sources d’accidents technologiques ou encore de morts.

Titulaire du portefeuille de l’Environnement au sein du gouvernement togolais, le ministre Foli-Bazi Katari, en ouverture des assises qui connaissaient la présence d’autres membres du gouvernement, dont la ministre déléguée en charge des Mines, a expliqué que « le mariage de l’environnement et du social est tributaire d’une véritable promotion des activités économiques ». Après avoir retracé les différentes actions engagées depuis toujours par les exécutifs togolais depuis la création en 1987 du ministère de l’Environnement, en vue de la protection de l’environnement, et dont le code de l’Environnement consacrant l’étude de l’impact environnemental et ANGE en ont certains des produits, il a insisté sur la nécessité à nos jours pour les porteurs de projets et programmes de développement, d’aller volontairement à l’évaluation des risques environnementaux et sociaux. Aussi, les a-t-il conviés à voir dans cette dynamique, « une opportunité pour la réussite de leurs projets ».

Partenaire en développement du Togo, le PNUD par la voix de son Représentant-Résident à Lomé, Aliou Dia, s’est réjoui du rôle joué par le Togo dans la prise en compte des questions environnementales dans les politiques publiques. « Le Togo est l’un des pays africains qui consacre le plus d’efforts pour l’intégration de l’environnement dans ses stratégies de développement. La prise en compte de ces problématiques a débuté bien avant les années 90 ».

Directeur général de l’ANGE, structure organisatrice de ce dialogue sur l’environnement, Efanam Koffi Adadji, a retracé certaines situations désastreuses de certains projets comme ceux ayant conduit au Ghana, « à l’explosion d’un cuivre qui a fait 15 morts » et au « Togo ici, où il y a eu un accident à Wacem qui a fait 6 morts  ». Situations que d’après lui, «  nous ne pouvons pas toujours tolérer ». Et donc d’après lui, « il faut que chaque acteur tienne compte de l’homme. Quand nous parlons de l’environnement, nous parlons de l’homme, qu’on tienne compte de l’homme dans tout projet de développement et que ce projet de développement participe à un développement durable qui est le paradigme du développement actuellement. Et donc, il y a beaucoup d’enjeux dans ce dialogue, d’enjeux de développement social, environnemental… ». Dans la suite de ses explications, il a indiqué que « les acteurs de ce dialogue, sont du secteur public que privé, c’est ceux qui conçoivent les projets ou ceux-là qui sont en train de mettre en action des projets, des programmes, des ONG, nous allons ensemble discuter sur les étapes d’intégration de l’environnement dans ces projets, nous allons aussi parler de la prise en compte financière ».

Les travaux de ce dialogue prennent fin ce Vendredi.

T228