Infos Togo Politique / Crise

PDP, le linge sale lavé en famille samedi dernier !

Publié le dimanche 15 mars 2015, par

Toute cette semaine a été rythmée au PDP par une petite crise née de la décision de retrait de cette formation politique au sein de CAP 2015. Loin d’être une crise généralisée, cette crise a finalement paru comme une divergence de vue entre le président national du parti, Bassabi Kagbara et le seul député du parti, Targon N’wanki. Le premier sur consultation des responsables des sections locales a jugé bon de retirer le parti de CAP 2015, pour fustiger l’injustice dont sera victime certains de ses militants dans la gestion des sections locales de CAP 2015. Le deuxième, appuyé visiblement par le président de la section locale Dankpen dont il est le député, un certain Derrick Tamandja, jugeant que son avenir est hors du parti et plus précisément dans CAP 2015. Le député ira jusqu’à signer un communiqué pour marquer la désolidarisation de Dankpen, dont rien ne prouve qu’il a consulté la base, de la déclaration du président national.
Mais samedi, ce fut une réunion, que d’aucuns peuvent qualifier de crise que le parti a tenu à son siège à Lomé. Réunion à laquelle prenait part des représentants des sections locales de Blittah, Assoli, Binah, Sotouboua, Danyi, Avé, Kloto, Ogou, Cinkassé, Est-Mono, Lacs, Golfe, Dankpen, Kpélé, Anié… Selon les informations dans la dynamique de laver le linge sale en famille, cette réunion a connu également la participation du député Targone qui représentait pour l’occasion sa localité.
Seulement qu’avant notre arrivée, il était déjà parti, donc on n’a pas pu avoir un entretien avec sa personne. Mais comme l’a indiqué un des représentants des sections locales, il s’agissait d’une rencontre dont le grand point est « le différend entre le président et le député Targone ». Même s’il faut attendre la suite des évènements pour s’en convaincre, et surtout le son de cloche des responsables de Dankpen pour s’assurer de l’effectivité de l’harmonie retrouvée, notre interlocuteur croit savoir qu’au cours de la réunion, le linge sale du PDP a été lavé en famille.

Voici certaines réactions de représentants locaux que nous avons pu rencontrer à notre arrivée quelques instants après la fin de la rencontre.

Kondo Falilou, président préfectoral de PDP Assoli : « Le député est chaque fois avec les gens de CAP 2015 et si aujourd’hui il est favorable à cette coalition, ce qui veut dire qu’en dessous, il aurait eu gain de cause  »
« Suite à certaines situations que tous nous connaissons, entre temps en 2013, il y a la liste d’Arc-en-ciel dans l’Assoli qui a été invalidée. Il faut alors prendre une position pour soutenir une liste et nous avons choisi la liste du CST que nous avons soutenu, nous avons lutté corps et âme, financièrement et moralement. Nous avons mis notre énergie et finalement nous avons eu gain de cause. On a eu pour la première fois un député de l’opposition au niveau d’Assoli. Mais on était parti sur un certain nombre de base. Il fallait signer un accord de principe, qu’ils n’ont pas fait. Imaginez, on est parti aux élections législatives en juillet 2013 et toute l’année 2014, on ne s’est pas approché, on ne s’est même pas assis pour discuter de ce qu’il faut faire, quelles directives donner au député pour qu’il puisse agir dans l’intérêt de la population. Donc, c’est lorsqu’il y a eu CAP 2015, on a positionné l’ANC, c’est-à-dire M. Jean-Pierre Fabre comme candidat de CAP 2015 qu’ils sont venus maintenant nous approcher. Nous ne pouvons pas contribuer avec cette même énergie là et on va encore nous oublier. C’est lorsqu’on voit quelque chose se profiler à leur profit qu’ils nous approchent.

Je confirme avec réserve qu’on a été contacté par nos camarades de Dankpen. Dans la région de la Kara, seul Dankpen qui a eu un député de notre parti PDP. Donc je crois que le député est chaque fois avec les gens de CAP 2015 et si aujourd’hui il est favorable à cette coalition, ce qui veut dire qu’en dessous, il aurait eu gain de cause. Je ne le confirme pas mais d’une manière ou d’une autre il doit être satisfait d’une autre manière ou d’une autre avant de prendre cet engagement ».

Bao Essohanam, président PDP Cinkassé : « A Cinkassé, on se plaint de ce que nous ne sommes pas associés dans la gestion du bureau local de CAP 2015. J’ai l’impression que CAP 2015 est devenu une appropriation de l’ANC »
« Concernant cette déclaration du député, je peux dire que c’est trop aller. Car il ne peut pas aller directement dire que c’est comme ça que la base du PDP ou les militants du PDP Dankpen ont rejeté cette déclaration du président. Puisque nous croyons savoir qu’il ne se déplace plus sur le terrain. Il est seulement entre les murs de Lomé. Donc c’est trop dire. S’il a discuté avec le président de la section locale, il n’a pas discuté avec la base. Et puis en ce qui concerne cette décision du président, il a ses raisons personnelles pour lesquelles il l’a prise. Cette décision a été prise suite à des prises de pools de part et d’autre. Puisque même à Cinkassé, on se plaint de ce que nous ne sommes pas associés dans la gestion du bureau local de CAP 2015. J’ai l’impression que CAP 2015 est devenu une appropriation de l’ANC. Ce que nous n’aimons pas et que nous nous sommes plaints auprès de notre président et c’est de là que le président a pris l’initiative pour que les choses soient mises au clair.

Nous soutenons pleinement cette décision du président. Disons même que c’est une décision très courageuse du président. Avant de le faire, il ne l’a pas fait de façon cavalière, il nous a consulté d’abord, nous avons donné notre avis. On a dit si c’est comme ça, il vaut mieux ne pas être accompagné que d’être mal accompagné ».

Koyi Kodjo, représentant préfectoral PDP Blittah : « On ne sort pas totalement du parti mais nous allons travailler avec CAP 2015 jusqu’à la fin »
« Justement, entre temps il y avait eu un mauvais fonctionnement de cap 2015 par rapport au PDP, parce que les éléments de cap 2015, spécifiquement ceux de l’ANC qui ne voulaient pas permettre le bon fonctionnement, la collaboration avec des membres du parti PDP si bien que ça a affecté jusqu’au haut lieu. Et le président du PDP même a aussi constaté la mauvaise collaboration et c’est pour cela que le parti a été retiré. C’est donc pour discuter de cette situation qu’on s’est assis ce jour. Nous avons reçu le message du retrait un peu tardivement, nos leaders ne nous ont pas quand même signalé à temps. On les a espérés, et c’est ce 14 mars qu’ils nous ont réunis pour nous expliquer largement ce qui s’est passé et pourquoi un tel retrait. Finalement, on ne sort pas totalement du parti mais nous allons travailler avec CAP 2015 jusqu’à la fin. Mais nous voudrions qu’il y ait d’amélioration dans la collaboration pour obtenir une alternance à la tête du pays ».

G.K, Lomé (Telegramme228)