Infos Togo Zone Franche / Vague de licenciement et non-respect de certains engagements

Les Travailleurs d’Amina Togo Sarl en grève de 48 heures à compter de demain jeudi

Publié le mercredi 9 juin 2021, par Gabinho

Que se passe-t-il encore à la société Amina Togo Sarl, structure de la zone franche togolaise ? Cette interrogation tire sa légitimité d’un nouveau rappel de préavis de grève dont copie est parvenue à notre rédaction.

Des différents recoupements faits ici et là, il s’agit d’un mouvement de grève qui tire son essence des différentes revendications qui date depuis l’année dernière, dont entre autres, « L’élection des délégués du personnel » (élection finalement faite le 13 Mars 2021 pour remplacer des délégués en place depuis une vingtaine d’années alors qu’ils devraient être changés chaque deux ans par des élections, ndlr), « La régularisation de la situation contractuelle des travailleurs », « La révision du mode de rémunération appliqué, en considération de la proposition des travailleurs par courrier en date du 18 septembre 2021 » et « La prise en compte des dispositions fixant les modalités des heures supplémentaires au Togo ».

De l’avis de nos interlocuteurs, les engagements pris par la Direction générale d’Amina Togo Sarl, par devant l’USYNTRAZOFE (Union des Syndicats des Travailleurs de la Zone Franche d’Exportation) et l’inspection du Travail Lomé-Nord 2, et par un courrier en date du 17 Décembre 2020, de « remettre les contrats de travail signés aux travailleurs » et de « discuter le problème des heures supplémentaires et des travaux non rémunérés avec les délégués du personnel » n’ont « malheureusement jusqu’à ce jour que ces engagements connu aucune lueur de réalisation ». Qui plus est encore, indiquent nos sources, depuis l’élection des délégués du personnel le 13 Mars 2021, démontrant une certaine soif de la masse ouvrière à un changement, avec des nouveaux délégués élus, on constatera une fermeture de la porte de dialogue et on assisterait à des vagues de licenciements qui font peur à la masse ouvrière.

C’est donc dans ce contexte qu’un rappel de préavis de grève est déposé sur la table de la Direction générale mais également des autres structures dont la SAZOF et la Direction générale du Travail et des Lois sociales, qui depuis toujours, ont été impliquées dans ce dossier en vue de la satisfaction des revendications des employés d’Amina Togo Sarl ; spécialisée dans la fabrication des mèches de cheveu.

Dans sa première partie, ce rappel de préavis de grève revient sur les différentes démarches entreprises en vain par les délégués du personnel pour faire entendre raison à la Direction générale et que les doléances des travailleurs soient satisfaites.

Ce mouvement à l’initiative de l’USYNTRAZOFE en accord avec le personnel de la société AMINA TOGO SARL, « a pour motivation, la dégradation continuelle des conditions de travail et de vie du personnel ouvrier d’AMINA TOGO SARL et l’indifférence remarquable de la direction face aux préoccupations exprimées des travailleurs » et « prendra la forme d’un arrêt de travail concerté des intéressés, du Jeudi 10 Juin 2021 de 06h00’ à Samedi 12 Juin 2021 à 05h59’, soit quarante-huit (48) heures de grève ».

Pour revendications, on note : « La reconsidération des mesures licenciements prononcées à l’encontre de nos Camarades KOUMA Ayaovi Philippe et ADJANOR Kangnigan de la section OUTRE BRAID ; mesure que nous estimons très excessive et discriminatoire », « La cessation des notifications verbales et brusques de fins et de ruptures de contrat de travail (ruptures irrégulières et abusives) en violation des accords conclus entre la Direction du service et les représentants du personnel en 2013 et en 2016 et la réintégration des travailleurs touchées par cette situation », « La régularisation de la situation contractuelle des travailleurs », « La collaboration de l’employeur et de ses préposés avec les nouveaux délégués du personnel et la cessation de toute entrave à la mission des délégués du personnel dans les différentes sections de l’entreprise constituant une violence morale à l’endroit des délégués : - Lorsque les délégués du personnel se déplacent dans le cadre de leurs missions, ils sont dépointés pour la période d’absence au poste et privés de la prime de cantine ; - Des actes de dénigrements très remarquables de certains chefs à l’endroit des nouveaux délégués du personnel dans le service ; - L’absence de salle de réunion pour les représentants du personnel ; et les délégués ne sont pas autorisés à pouvoir se réunir ; - La difficulté des représentants du personnel à prendre contact et à communiquer avec les personnels des différentes sections du service », « La révision de la composition du Comité Santé Sécurité au Travail (CSST) installé le 22 Avril 2021 par le Directeur de l’emploi de la SAZOF sans associer au processus, les Collaborateurs que constituent les délégués du personnel », « La redéfinition d’une mode de rémunération unique des travailleurs ; (Les modes de rémunération diversifiés créent une différence dans le traitement des travailleurs ; d’où l’option de la rémunération sur taux horaire pour tous) ; La rémunération à l’attache ou par pièce mal pratiquée, des travaux sans taux… », « La révision des horaires d’entrée au service ; (les nouveaux horaires d’entrée au service créent des insécurités sanitaires, des attroupements massifs aux portails de la société augmentant les risques de contamination au Covid-19) » et enfin, « Le respect des dispositions fixant les modalités des heures supplémentaires (les travailleurs exécutent des heures supplémentaires illimitées, obligatoires et mal rémunérées) ».

Malgré cette annonce de mouvement d’humeur, et à quelques heures de cette grève, les responsables de l’USYNTRAZOFE disent toujours croire « en la possibilité de vite trouver des dénouements à cette situation afin qu’AMINA TOGO SARL et ses travailleurs sortent tous victorieux de cette situation de crise ».

Affaire à suivre.

T228