Nos régions Savanes / Lutte contre le chômage à travers l’entrepreneuriat des jeunes

Les approches de solutions de l’incubateur Banm Lab

Publié le mardi 20 septembre 2022, par Gabinho

Les jeunes entrepreneurs de la région des Savanes ont difficilement accès au financement proposé avec les mécanismes lancés par le Gouvernement tels le FAIEJ, le FNFI et autres. Ils ont aussi difficilement accès au crédit des banques et Microfinances. Ce qui accentue leur pauvreté qui expose à des comportements ou affiliations des réseaux extrémistes. Plan International Togo, WILDAF Togo et autres partenaires ne cessent d’apporter leur contribution à travers les multiples actions. L’une de ces actions sur le terrain est la mise en œuvre du projet Savanes Motaog , dans la région des Savanes.
Sur la question des possibilités d’accompagnements pour les financements aux jeunes pour leurs projets et entreprises, l’incubateur Banm Lab de Dapaong a accepté partager leurs actions aux côtés des jeune dans la lutte contre le chômage. M. David LATIEYI, Coordonnateur délégué de Banm Lab, l’incubateur de Dapaong.

T228 : Bonjour monsieur le coordonnateur et merci d’avoir accepté nous recevoir

Coordonnateur  : Merci à vous, rédaction de Télégramme228 pour les efforts fournis afin de donner de meilleures informations à tous les internautes.

T228 : Plusieurs jeunes de la région des Savanes manquent des financements à leurs demandes ; peut-on avoir les causes ?

Coordonnateur : Oui, c’est vraiment réel votre point relevé ; les causes sont multiples et permettez-moi de les énumérer. Il y a d’abord la sous-information : très peu de la région sont informés des mécanismes que le Gouvernement a lancé pour soutenir l’entrepreneuriat des jeunes particulièrement sur les conditions d’accès, les procédures et les structures dédiées ; On relève aussi l’insuffisance de compétences en création et gestion d’entreprises innovantes à fort impact social et économique. A ce niveau, nous relevons les difficultés à innover, à gérer efficacement leur entreprise, à rédiger les documents clés de recherche de financement notamment le plan d’affaires, le modèle économique. Il y a aussi la faible crédibilité des jeunes auprès des Institutions de Microfinances parce qu’ils sont sans expériences et manque de confiance en eux. Cette situation s’est aggravée avec l’insuffisance de structure d’accompagnement à la création d’entreprise, à la gestion d’entreprise et à la recherche de financement. Ce sont les principales causes que nous pouvons relever.

T228 : Quelles sont les approches de solution que propose l’incubateur Banm Lab que vous dirigez ?


Coordonnateur :Nous proposons plusieurs alternatives aux jeunes ; nous leur proposons de se faire former et accompagner en matière de création et gestion d’entreprises innovantes, d’éducation financière. Nous leur proposons un environnement adéquat pour toutes les étapes de la démarche entrepreneuriale, de l’idée à une entreprise formalisée tout en passant la stratégie client, la comptabilité et la fiscalité. Ils sont intégrés à une communauté de jeunes entrepreneurs innovants pour ne pas se sentir seul et bénéficier de l’expérience de leurs pairs.

T228 : Pour finir, quel conseil allez–vous donner pour mieux faire face au chômage en tant que jeune ???

Coordonnateur :Créer son emploi constitue jusqu’à présent la meilleure option pour se prendre en charge socialement et financièrement tout en contribuant au développement socio-économique de notre pays, le Togo. De nos jours, le numérique offre plein d’opportunités pour les jeunes pour acquérir de nouvelles compétences utiles à la création d’entreprises à fort impact social et économique. Je les attends à l’incubateur. Banm Lab, c’est fédérer les génies pour innover.