Infos Togo Assemblée Générale

La STT condamne les violentes manifestations des élèves

Publié le samedi 7 mars 2015, par

Réunie en Assemblée générale hier vendredi à Lomé, la Synergie des travailleurs du Togo (STT) a fait le bilan du mouvement de grève observé cette semaine. Ainsi, il en ressort que la grève a été suivie à plus de 92% dans le secteur de l’éducation, 95 dans le secteur de la santé et 90% dans l’administration. Une grève qui était précédée et suivie de sit-in sur les lieux de travail. Mais si le sit-in de lundi s’était déroulé sans grand bruit à l’exception du ministère de la fonction publique, celui de vendredi a été plus actif. Il a été marqué par des sit-in et une marche suite à l’arrestation du surveillant du Lycée technique d’Adidogomé qui a été relâché dans la journée de vendredi selon la Coordination de la STT.
L’Assemblée générale du vendredi a été également une occasion pour la coordination de la STT de faire certaines mises au point. De la manifestation des élèves dans les rues à l’arrestation du surveillant du lycée technique d’Adidogomé en passant par les intimidations et menaces observées, la STT se dit plus fort que jamais pour voir ces doléances satisfaites.
Sur la manifestation des élèves dans les rues, la STT dit condamner le climat violent dans lequel ces manifestations se sont déroulées et appelle les élèves à s’abstenir de la violence. « Nous n’avons jamais prôné la violence dans nos actions, si les élèves dans leur mouvement commettent des actes répréhensibles, nous les condamnons et les appelons à s’abstenir de la violence », a lancé Dr Tsolenyanu, porte-parole de la STT.
En ce qui concerne l’arrestation du surveillant du Lycée techniques, la STT s’est indigné de la réaction des autorités car pour eux, « quand les deux élèves de Dapaong ont été assassinés la police ne s’est pas saisie elle-même du dossier pour détecter les fauteurs et les traduire devant les juridictions du pays. Pourquoi alors sur des rumeurs, elle interpelle et détient le camarade ? ».
Pour la suite du mouvement, la STT observera une pause lundi, mercredi et vendredi et la grève annoncée pour mardi et jeudi. Et si rien n’est fait la STT compte durcir le ton en lançant une grève illimitée.
Charles D., Lomé (Telegramme228)