Infos Togo Autonomisation de la Femme au Togo

« La Plateforme 50 Millions de Femmes Africaines ont la parole » lancée pour appuyer les Femmes entrepreneures

Publié le jeudi 18 mars 2021, par Gabinho

Les femmes chefs d’entreprises au niveau continental éprouvent des difficultés et sont confrontées à des obstacles sexospécifiques tels que la restriction de l’information et aux possibilités de réseautage, des niveaux inférieurs d’éducation et de formation professionnelle, des droits de propriété faibles, des obstacles juridiques qui entravent leurs activités économiques et des barrières culturelles qui découragent les femmes de prospérer en tant qu’entrepreneures. Ce sont là des évidences qui ont poussé la BAD (Banque Africaine de Développement) le Marché Commun de l’Afrique Orientale et Australe (COMESA), de CAE (Communauté d’Afrique de l’Est) et de la CEDEAO (Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest) à initier depuis 2017, le projet « Plateforme 50 Millions de Femmes Africaines ont la parole » (50MAWSP), lancé officiellement à Kigali le 26 Novembre 2019.

Les 15 pays de la CEDEAO ayant adhéré à l’initiative comme l’avait indiqué ce jour le ministre togolais de l’Action sociale, de la Promotion de la Femme et de l’Alphabétisation, Mme Adjovi Lonlonyo Apedoh Anakoma, il était du devoir de chacun de mettre en place le mécanisme adéquat pour mieux faire connaitre cette plateforme et y faire adhérer la gent féminine surtout entreprenante.
C’est le ton de cette promotion autour de la plateforme qui est donné ce Jeudi 18 Mars 2021 au cours d’une cérémonie de lancement officiel à Lomé.

Des explications du membre du gouvernement appuyé par la Consultante gestionnaire de cette plateforme au niveau local, Stéphanie Afan, il s’agit d’un projet qui « consiste à créer une plateforme numérique dynamique de réseautage pour les femmes entrepreneures. Cette plateforme permet aux femmes de se connecter les unes aux autres de manière à favoriser l’apprentissage entre paires, l’échange et le transfert de connaissance, le mentorat et le partage d’informations entre communautés ». Et ce n’est pas fini, puisque cette plateforme devra aussi permettre « d’avoir accès au financement et aux débouchés entre les zones urbaines et rurales, au-delà des frontières et entre les pays. Elle favorise également le développement des compétences et la mise à disposition de l’information, afin d’assurer la durabilité de leurs entreprises dans leur contexte régional et mondial ».

Dans son mot de lancement de cette plateforme « 50 millions de Femmes africaines ont la parole » au Togo, la ministre Adjovi Lonlonyo Apedo Anakoma, a relevé que d’après une étude datant de l’année 2019, « 24% des femmes sont impliquées dans la création d’entreprise ». Ensuite, a-t-elle énuméré les problèmes qui sont les leurs, avant de saluer les différents décrets du gouvernement togolais qui consacrent 25% des parts de marchés publics aux femmes. Elle a poursuit sur une note d’espoir de ce que cette plateforme que le pays accueille « assurera la durabilité des entreprises des femmes » et marquera à jamais, « une nouvelle étape dans le processus d’autonomisation de la femme ». Mme Apédoh-Anakoma a conclu par une invite à la gent féminine, « cette plateforme est la vôtre, utilisez là ».

Dans la même dynamique que le membre du gouvernement, la Consultante gestionnaire de cette plateforme au niveau local, Stéphanie Afan, voit en ce lancement au plan national, « un grand pas que vient de faire cette plateforme ». Si elle reste à son tour optimiste et y voit venir un lendemain meilleur pour les femmes et surtout celles entrepreneures, elle a invité l’assistance à user d’un titre d’ambassadrice pour mieux faire connaitre cette plateforme, les facilités et les opportunités qu’elle propose aux femmes.

Ainsi lancée, l’appropriation de la plateforme par les femmes togolaises se veut nécessaire pour jouir de ses avantages.

T228