Infos Togo Revendications sociales

La Majorité Silencieuse lève le voile sur les efforts faits par le gouvernement sur les salaires des fonctionnaires

Publié le mercredi 1er avril 2015, par

Le Mouvement des jeunes pour la popularisation de la Bonne Gouvernance communément appelé « majorité silencieuse » était face à la presse hier mardi 31 mars 2015 à son siège à Lomé. Seul sujet abordé, les revendications de la Synergie des Travailleurs du Togo (STT) et ses répercussions sur le pays.
Ainsi pour ces responsables des associations membres de la majorité silencieuse, le gouvernement a fait ces dernières années des efforts considérables en termes d’augmentation des salaires et il n’est point question que la STT cherche à faire croire que rien n’est fait, allant dans le sens de l’amélioration des conditions des travailleurs.
À titre d’illustration pour les responsables de la majorité silencieuse, le salaire des gardes-malades en début de carrière est passé de 26.592 F cfa en 2005 à 85.737 F cfa. Soit une augmentation de 223 %. Et les moniteurs assimilés de catégorie D de l’enseignement qui avaient un salaire mensuel de 23.592 F cfa en 2005 gagnent aujourd’hui, 84.237 F cfa soit une augmentation de 257%.
Plus loin, selon les illustrations faites par la majorité silencieuse, « les instituteurs du primaire de catégorique B sont passés de 65.534 F cfa à 136.626 F cfa, le professeur de catégorie A2 est passé de 96.116 F cfa en 2005 à 184.660 F cfa et le professeur de catégorie A1, de 113.593 F cfa en 2005 à 206.698 F cfa ».
Eu égard à toutes ces démonstrations, il est clair selon la majorité silencieuse que le gouvernement a fait des efforts allant dans le sens de l’amélioration des conditions des travailleurs togolais. De cela, la majorité silencieuse dit trouver plutôt d’autres réponses pour expliquer le plan de la STT, « l’inconséquence et l’irresponsabilité ». Par conséquent, elle exhorte tous les parents d’élèves à s’occuper de leurs enfants. Ceci pour « empêcher de servir de cobaye et de prétexte à des fauteurs de troubles ». Elle a par ailleurs invité la synergie à retrouver la table des discussions car estime-t-il, « la satisfaction de leurs justes revendications ne se fera que dans le dialogue avec le gouvernement ».
Charles D, Lomé (T228)