Infos Togo Akato-Viépé / Tension suite au décès d’un jeune homme bastonné par des militaires togolais

La Divinité "Egoun" s’invite dans le débat, des manifestants réclament la réouverture des frontières

Publié le vendredi 27 août 2021, par Gabinho

Malgré les premières mesures prises par le ministre togolais de la Sécurité, Yark Damehame, suite à l’affaire du décès d’un jeune homme ghanéen suite à une bastonnade subie de la part de deux militaires togolais, la tension refuse de tomber à la frontière annexe d‘Akato-Viépé.

D’après nos confrères d’Africarendezvous, « des manifestants ont manifesté le vendredi 27 août 2021 leur colère pour disent-ils, exiger la réouverture des frontières terrestres. A cette manifestation à laquelle ont pris part des activistes togolais, la divinité Egoun y a été invitée. “Egoun” ou encore “Egun gun”, c’est à cette divinité ancestrale beaucoup plus connue au Nigeria, en pays Yorouba, le sud du Bénin, Togo et Ghana que des manifestants ont fait recours pour manifester leur ras-le-bol. Toutefois, les organisateurs n’ont pas expliqué la raison de la présence d’une telle divinité ».

Dans la description de la manifestation, la source précitée indique que « les quelques centaines de manifestants étaient tous vêtus de rouge, certains arborant le drapeau ghanéen, ont défilé dans les rues de Aflao, ville frontalière avec le Togo. La plupart des chansons des manifestants sont beaucoup plus traditionnelles et d’autres sont des cris de guerriers. Il a été noté la présence de corps habillés à certains endroits mais ils n’ont pas empêché le déroulement de la manifestation de rue. Le 26 août 2021, les organisateurs ont trouvé un accord avec le Commandant de la région Volta pour la tenue de cette manifestation » et qu’ « une vidéo amateur que la rédaction d’Africa rendez-vous est arrivée à vérifier, montre une discussion tenue entre des Officiels ghanéens suppliant Torgbuigah Amenyah Fiti V, Chef suprême du Conseil traditionnel d’Aflao de tout mettre en œuvre pour une tenue dans les règles de l’art de la manifestation ».

Pouvait-on entendre dire les manifestants, « ce que nous réclamons n’est pour aucun parti politique. C’est pour tous les Ghanéens. Et tout ce que nous demandons c’est la réouverture de nos frontières terrestres … Nous avons faim, nos parents et enfants aussi ont faim. Ouvrez les frontières pour que les activités économiques puissent reprendre normalement ».

Il est à noter que cette manifestation des jeunes ghanéens a recueilli également le soutien des activistes qui portant le t-shirt du Mouvement Togo Debout sont également montés à la tribune pour motiver leur soutien à cette initiative de protestation. « Ce qui se passe au Ghana est la même chose au Togo. Nous ne pouvons que se soutenir », ont-ils affirmé. Et de poursuivre, l’activiste togolais Fovi Katakou dans un direct Facebook de la Volta NDC TV, « on ne peut pas ouvrir les frontières aériennes et maintenir les frontières terrestres fermées ».

On ose croire que cet appel du pied fait par les manifestants trouvera écho favorable dans les Palais du président Nana Akufo-Addo (Ghana) et Faure Gnassingbé (Togo).

T228