Afrique Production agricole

La BAD veut faire de l’Afrique " un grenier pour le monde entier"

Publié le jeudi 18 août 2022, par Gabinho

Compte tenu de la forte dépendance des pays africains à l’égard des importations de denrées et d’engrais, la crise alimentaire qui sévit déjà en Afrique s’est aggravée avec le conflit russo-ukrainienne. Les deux pays comptent parmi les principaux fournisseurs mondiaux de denrées de base et d’engrais. Pour atténuer les effets la Banque africaine de développement (BAD) sous la direction du nigérian Akinwumi Adesina multiplie ses efforts en faveur du continent africain.

Dans une tribune publiée le 05 août dernier sur le site de China Global Television (CGTN.com), le président de la BAD a est revenu largement sur les différents plans de la banque dans la lutte contre l’insécurité alimentaire sur le continent mettant un accent particulier sur l’actuel programme phare qu’est la « Facilité africaine de production alimentaire d’urgence ».

Dès l’entame de sa tribune, l’ancien ministre de l’agriculture et du développement rural du Nigeria confie, " Il n’aura pas fallu longtemps pour que la guerre de la Russie en Ukraine ait un impact sur l’Afrique ", et de préciser que le continent est désormais confronté à une " pénurie d’au moins 30 millions de tonnes de denrées alimentaires, en particulier de blé, de maïs et de soja importés de Russie et d’Ukraine ".

Insécurité Alimentaire en Afrique

Akinwumi Adesina a expliqué que l’augmentation de plus de 300 % du prix des engrais rend de plus en plus difficile pour les exploitants agricoles africains la production suffisante de blé, de maïs, de riz et d’autres cultures.

Il s’avère qu" Un nombre croissant de personnes en Afrique ne peuvent plus se permettre d’acheter du pain " ou encore, " Avec des millions de personnes qui peinent à acheter de la nourriture, du carburant et des engrais, les manifestations antigouvernementales sont une réelle possibilité."

Facilité africaine de production alimentaire d’urgence

Selon les chiffres, avec la guerre en Ukraine, le prix du blé a grimpé de 50% et les engrais, déjà rares, sont trois à quatre fois plus chers qu’en 2020.

Dans ses efforts d’atténuer la famine provoquée par le conflit qui " pourrait plonger quelque 30 millions d’Africains dans des niveaux catastrophiques d’insécurité alimentaire", la BAD a introduit récemment « La Facilité africaine de production alimentaire d’urgence » de 1,5 milliard de dollars.

Cette facilité, d’après le patron de la Banque, permettra de fournir à 20 millions d’exploitants agricoles des semences de blé et d’autres cultures de base certifiées et adaptées au changement climatique, ainsi qu’un accès accru aux engrais agricoles.

" Au cours des deux prochaines années, la facilité permettra aux agriculteurs de produire 38 millions de tonnes supplémentaires de nourriture, soit une augmentation de 30 % de la production locale, pour une valeur estimée à 12 milliards de dollars ", a-t-il souligné.

En moins de 60 jours, dans le cadre de cette facilité, l’institution africaine a mis en œuvre dans 25 pays africains (le Togo y compris), des programmes d’une valeur de 1,13 milliard de dollars.

L’Afrique, "un grenier pour le monde entier "

" L’Afrique n’a pas besoin d’aide alimentaire pour se nourrir. Elle a besoin d’investissements appropriés et de semences dans le sol.", a reconnu M. Akinwumi et de rassurer, "Aujourd’hui et à l’avenir, la Banque africaine de développement met en œuvre un plan éprouvé pour libérer le potentiel de production alimentaire de l’Afrique et faire de ce continent un grenier pour le monde entier ".

Yvette S.