Infos Togo Togo-Mèche Amina

L’extrême humiliation pour les ex-employés qui souhaitent être réembauchés

Publié le mardi 5 octobre 2021, par Gabinho

Alors qu’elle était obligée de fermer temporairement ses portes à la suite du licenciement de ses 2000 employés accusés d’avoir fait une grève illégale ou d’avoir prolongé une grève lancée par les délégués, la société Amina, propriété de coréens établis au Togo, est en phase de recrutement. Et pour cette nouvelle phase, une condition est imposée aux ex-employés qui souhaiteraient reprendre leur travail. Le dépôt d’une lettre de demande de pardon pré-écrite à retirer au coût de 500 F cfa au Secrétariat de la société, à signer et à déposer, attendant un avis de la direction.
Et voici, d’après nos confrères de Icilome, un extrait de cette humiliante lettre de demande de pardon, par laquelle, les ex-employés acceptent volontiers de renoncer à leur dignité, pour travailler dans des conditions dérisoires qu’ils dénonçaient par leur grève, ayant occasionné leur licenciement : « J’ai l’honneur de venir très respectueusement solliciter de votre haute autorité la demande du pardon. En effet, sous la demande de nos délégués qui nous ont dit de cesser le travail, j’ai dû faire le suivisme sans me rendre compte de la gravité de la chose. C’est pour cette raison que je viens par la voix de mon chef, me mettre à genoux pour m’excuser. Je vous promets que de tel acte ne se reproduira plus si vous m’admettez ».
Hum, sacré Togo où mêmes les Coréens viennent faire la loi, sous un silence complice des gouvernants.
T228