Infos Togo Discussions centrales syndicales et gouvernement

Insatisfaite, la base de la STT donne 48 h au gouvernement pour accorder les 280 points sur la grille

Publié le dimanche 22 février 2015, par

« Déception et regret », c’est ce qui se lisait vendredi dernier sur les figures des travailleurs membres de la Synergie des travailleurs du Togo (STT) venus en nombre à l’Assemblée générale à Lomé. Et ce, après une grève de 72 heures observée et dont les statistiques font échos de 100% dans l’enseignement, 90% dans la santé et 80% dans l’administration publique.
En effet, retournée à la table de discussion avec le gouvernement depuis le vendredi matin, la coordination de la STT ne rejoindra la base réunie en Assemblée générale au centre communautaire de Tokoin que vers 18 heures. Ainsi, après restitution du relevé de conclusion et non d’ « accords », la base a refusé unanimement la proposition selon laquelle « les 280 sont ramenés à 140 points de redressements sur la grille et qui vaut en terme de liquidité à 15000 F cfa ».
Ceci dit, après des interventions et un nouveau retrait de la coordination et du conseil de la STT, il a été décidé en accord avec la base, « d’accorder d’une part 48 h à la coordination pour se reposer et reprendre force et d’autre part au gouvernement pour accorder rien que les 280 points de redressement comme signifié dans la plateforme revendicative de la STT ».
A propos du paiement du reliquat qui a été accordé quelques jours plus tôt et estimé à un peu plus de 909 millions de Francs Cfa, le gouvernement a accepté payer en une seule tranche comme le souhaiterait la STT. La question de la base sur ce paiement est de savoir, « à quand ? ».
C’est fort de tout ce qui précède que la base de la STT dit accorder au gouvernement, une trêve de 48 h pour bien définir les choses mais surtout revoir sa copie sur la question des 280 points de redressement.
Pour l’heure, personne ne peut prédire l’avenir car seule l’AG de mercredi situera tout le monde.
Charles D., Lomé (Telegramme228)

VOICI LE RELEVE DE CONCLUSION
Les points de l’accord entre le gouvernement et les syndicats

Suite aux discussions présidées par Son Excellence Monsieur le Premier Ministre ce
jour, 20 février 2015 à la Primature, le gouvernement et les centrales syndicales ont
convenu de ce qui suit :
1. du payement en une seule tranche en 2015 à une date à préciser, des 909 millions
représentant l’écart constaté sur les traitements des agents publics en application des accords de 2013 au titre de l’année 2014.
2. dans le souci d’une nouvelle revalorisation des traitements et salaires de tous les
agents de l’Etat, le gouvernement décide d’appliquer les 30 points d’indice prévu en
2016 (dont le montant annuel s’élève environ à 14 milliards) dès cette année 2015 à
partir du mois de juillet. Sur ce point, les organisations syndicales suggèrent que
l’enveloppe financière correspondant à l’application des 30 points de juillet à 31
décembre 2015 soit transformée en points d’indice et répartis équitablement sur les
indices de tous les agents publics.
Le gouvernement a accepté de faire examiner techniquement cet aspect de la question qui ne doit pas entrainer une modification de l’enveloppe financière.
3. concernant les 280 points initialement réclamés par les centrales syndicales, et suite aux désaccords entre les deux parties, les organisations syndicales ont proposé que le redressement porte plutôt sur 140 points qui correspondraient aux deux redressements du SMIG.
4. La question des 140 points, pour encore plus d’éclaircissements sollicités par les
centrales syndicales, sera examinée dès la semaine prochaine par le comité de suivi
mis en place.
5. Les autres revendications de la plate forme feront également l’objet de poursuite des discussions dans ledit comité de suivi.
6. En conclusion, les organisations syndicales s’engagent à lever tous les préavis et
mots d’ordre de grève après compte rendu à leur base à compter de ce jour.
Fait à Lomé, le 20 février 2015

Pour la CCST
Le porte parole
HLOMADOR Mathias
Pour la STT
La coordinatrice générale
Nadou LAWSON-OLOUKOUNLE
Pour le gouvernement
Le ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche
Octave Nicoué BROOHM