Infos Togo Appel au boycott et la mise en garde du ministre Bawara

Indignée, la LTDH parle de "propos outranciers et incendiaires"

Publié le jeudi 26 mars 2015, par

Indignée, la LTDH l’est et l’a fait savoir seulement 24 heures après les propos du ministre de l’Administration territoriale qui à la faveur de sa tournée citoyenne mettait en garde les fauteurs de trouble en période électorale. Alors que le ministre Bawara disait reconnaitre à chacun la liberté d’opinion mais une liberté qui ne doit pas entraver l’ordre public, et ajoutait que « … Si jamais un d’entre eux (ceux qui appellent au boycott du scrutin, ndlr)) pose un acte qui est de nature à créer l’insécurité, qui est de nature à créer la violence, vous pouvez être certains, nous allons le placer à l’endroit où il va avoir le temps pour réfléchir. Nous les suivons de près ; celui d’entre eux qui franchira la borne entre la liberté d’opinion et de l’autre côté l’ordre public, nous allons l’aider à mieux réfléchir en le laissant là où il y a un peu plus de calme et de tranquillité … », la Ligue Togolaise des Droits de l’Homme se dit indigner. Ceci, du fait que, selon ses analyses, « ces propos, indignes d’un ministre de la République, ne peuvent que raviver les rancœurs et n’ont rien à voir avec le souci d’apaisement que scande leur auteur ». la LTDH a aussi indiqué que ces propos du Ministre BAWARA, sont de « véritables menaces et intimidations » et « sont entièrement aux antipodes de ceux récemment tenus par le Président Faure Gnassingbé ». Elle dit tenir ce membre du gouvernement, « pour seul responsable le Ministre BAWARA des conséquences de ces menaces et intimidations et l’invite à cesser de penser qu’il peut seul conduire le peuple togolais à pas de charge vers des lendemains sombres ». Voici la déclaration de la LTDH dans son intégralité :

DECLARATION

LA LTDH S’INDIGNE DES PROPOS OUTRANCIERS ET INCENDIAIRES DU MINISTRE GILBERT BAWARA
Le lundi, 23 mars 2015, poursuivant sa tournée de sensibilisation dans la localité de Zanguéra pour inviter les Togolais à aller voter dans le calme lors de la prochaine présidentielle, le Ministre de l’Administration Territoriale, de la Décentration et des Collectivités Locales, M. Gilbert BAWARA a expressément déclaré :
« … Si jamais un d’entre eux pose un acte qui est de nature à créer l’insécurité, qui est de nature à créer la violence, vous pouvez être certains, nous allons le placer à l’endroit où il va avoir le temps pour réfléchir. Nous les suivons de près ; celui d’entre eux qui franchira la borne entre la liberté d’opinion et de l’autre côté l’ordre public, nous allons l’aider à mieux réfléchir en le laissant là où il y a un peu plus de calme et de tranquillité … ».
Ces propos, indignes d’un ministre de la République, ne peuvent que raviver les rancœurs et n’ont rien à voir avec le souci d’apaisement que scande leur auteur.
La LTDH rappelle qu’au-delà du fait que les libertés d’opinion, de réunion et de manifestation sont des droits constitutionnellement protégés, il y a lieu de relever que le Chef de l’Etat lui-même, de retour récemment de la marche historique organisée à Paris pour la liberté d’expression et dénoncer l’attaque perpétrée contre le Journal satirique « CHARLIE HEBDO », a déclaré à AWANDJELO le mercredi 14 janvier 2015 :
« Dans notre pays, il y a une majorité et une opposition, et c’est le peuple togolais qui par ses choix, départage les partis politiques. Quand nous venons dans les manifestations comme celles-ci, nous venons en tant que Président de tous les Togolais, nous ne venons pas en tant que responsable d’un parti. (...) Je ne veux plus que dans les manifestations comme celles-ci les responsables de l’opposition soient vilipendés. Je n’accepterai pas ».
Force est de constater que les propos du Ministre BAWARA, véritables menaces et intimidations, sont entièrement aux antipodes de ceux récemment tenus par le Président Faure Gnassingbé.
La LTDH tient pour seul responsable le Ministre BAWARA des conséquences de ces menaces et intimidations et l’invite à cesser de penser qu’il peut seul conduire le peuple togolais à pas de charge vers des lendemains sombres, lui rappelant que ses menaces et intimidations n’entameront en rien l’élan d’un peuple déterminé à arracher ses libertés politiques et économiques.
Fait à Lomé le 24 mars 2015,
Le Président,

Me Raphaël N. KPANDE-ADZARE