Infos Togo Pegasus / Espionnage des Togolais affamés avec des millions voire milliards de Fcfa par Faure Gnassingbé

Habia et Les Démocrates sont consternés

Publié le mercredi 28 juillet 2021, par Gabinho

C’est un sujet qui ne laisse pas indifférent tout Togolais épris de paix et de liberté et de la traduction dans les faits, de la démocratie et de l’Etat de droit sur la bande des 56.600 km2 sur lesquels est érigé le pays appelé Togo.

Par un document signé de son président national, le Parti Politique Les Démocrates se dit consterné par une telle option prise par les gouvernants togolais alors même que des populations meurent de faim.

« Le Parti Politique les Démocrates apprend avec consternation comment le chef de l’État togolais Faure Gnassingbé, au nom d’une quelconque sécurité des personnalités politiques togolaises et de la sienne propre, achète à 13 millions sur le logiciel Pegasus chaque togolais espionné. Et à l’heure où nous publions ce Communiqué, on dénombre plus de 300 citoyens Togolais ciblés autour du Dr. Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, Tchikpi Atchadam, David Ekoué Dosseh, Raymond Houndjo, Elliott Ohin y compris des journalistes et d’autres leaders de l’opposition démocratique selon RFI », pouvait-on lire en introduction du communiqué du parti.

Aussi, poursuit le document, « non seulement Le Parti Politique les Démocrates est consterné par cette grave nouvelle concernant le chef de l’État, mais également il est accablé par le fait que c’est avec l’argent du contribuable togolais que Faure GNASSINGBÉ se targue le luxe d’espionner une population qui a extrêmement faim, et dont la santé porte à désirer. Ô, le comportement de ce tribun dépasse maintenant l’entendement et interpelle la conscience de tout Togolais à se mettre debout pour dire cette fois-ci avec courage "Non" à cette mégalomanie suicidaire. Oui, nous tenons à freiner la folie de grandeur qui anime cet homme pour lui montrer que s’il a toujours volé les élections au Togo pour se maintenir à vie au pouvoir, le vol identitaire, celui qui consiste à dépouiller totalement les Togolais de leurs droits privés ne sera plus permis ».

Les Démocrates ne comprennent pas comment, « au moment où tout le peuple croupit sous des taxes, sous la flambée des denrées alimentaires, sous l’impuissance sanitaire par lui créées, Faure GNASSINGBÉ et son Gouvernement enfoncent le clou par violer extrêmement leur liberté d’expression et d’existence », et s’interrogent : « Quel est ce pays par qui tout mal sur le continent africain doit toujours arriver ? ». Ils jugent inadmissible cette fois-ci que le Togo soit « cité avec le Rwanda, après le Maroc pour l’installation du phénomène Pegasus » et que « en effet, le chef de l’État togolais n’arrive même pas à expliquer humainement sur les médias les raisons qui sous-tendent son acte ».

Si Habia et ses partisans disent condamner « avec rigueur les utilisateurs de ce logiciel, ceux qui achètent leurs services et demande à Amnesty International et aux partenaires des droits de l’homme d’user de tous leurs pouvoirs pour supprimer Pegasus », ils relèvent que « de toute façon, l’espace togolais est mal indiqué pour les premiers tests mondiaux de ce logiciel. Pourquoi ? Le Togo n’est pas encore un pays à Démocratie saine : Faure GNASSINGBÉ n’est pas l’actuel Président du Togo. Il a perdu depuis le 22 février 2020 un échec cuisant des urnes. Il faut donc que l’expertise Pegasus qui cible à tort ou à raison les paisibles et dignes citoyens cesse rapidement. Car le phénomène sent une haute méchanceté nationale doublée d’une tare étrangère fondée sur l’argent qui ne conduit nulle part au monde ».

Le parti est sûr d’une chose, c’est que « la Démocratie est une valeur universelle que nul homme ne saurait brader à longueur de temps ! ».

T228