Infos Togo Les 100 jours à la primature appréciés par le « Gouvernement » d’Agbéyomé

Dogbé a été confrontée « aux dures réalités quotidiennes du Peuple togolais qui en appellent à plus de Vérité et d’Amour sur la Terre de nos Aïeux »

Publié le mercredi 20 janvier 2021, par Gabinho

Les 100 jours de Victoire Tomégah-Dogbé à la primature togolaise, nommée par Faure Gnassingbé, n’ont pas laissé indifférents, Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, qui continue de réclamer sa victoire à la présidentielle du 22 Février 2020, et son gouvernement de mission.

Voici ce qu’ils en pensent…

100 jours de malédiction, de totalitarisme et de crimes contre la nation

DECLARATION DU DOUZIEME CONSEIL DES MINISTRES DU GOUVERNEMENT LEGITIME ET DÉMOCRATIQUE DU TOGO
Le Gouvernement du Président démocratiquement élu du Togo le 22 février 2020, SE Dr Gabriel Agbéyomé Messan KODJO, a suivi avec attention le discours pompeux mais creux relatif à la présentation des 100 premiers jours d’activités de Madame DOGBE, improprement désigné sous le vocable de Premier ministre du pouvoir usurpé maculé de sang de Faure GNASSINGBE.
Il ressort de cette farce que Madame DOGBE a été chargée de servir aux Togolais, la même soupe de promesses déjà livrée par Faure GNASSINGBE depuis plus de 15 ans et avant lui celle de son père pendant 38 ans.
Loin d’être dupes, les Togolais discernent parfaitement l’escroquerie politique de l’éternel usurpateur de la vérité des urnes au Togo et sa clique d’incompétents notoires confrontés plus que jamais aux limites de leur manque de savoir-faire.
Aujourd’hui après plus de 54 ans de totalitarisme et de prédation, aucun discours de duplicité ne passera, tant le Togo est en réanimation politique et dans un état de délabrement économique, social et structurel avancé du seul fait de la dictature militaro-clanique et ses soutiens internationaux.
Confronté au quotidien du Peuple togolais, le fameux et fastidieux discours de Madame DOGBE laisse transparaître la réalité suivante.
1 Sur le Plan Politique : une prétendue cohésion sociale
La dame DOGBE est totalement muette sur la situation politique au Togo. Elle délivre par ce silence le message aux Togolais selon lequel son gouvernement illégitime et de fait s’inscrit dans le statu quo. Ce d’autant qu’elle a rappelé le surarmement du pays alors que le Togo n’a jamais été en guerre et ne le sera probablement pas de sitôt.
La crise politique majeure qui secoue le Togo avec la criminalisation du contentieux postélectoral du 22 février 2020, une première dans notre histoire politique récente, est ignorée. On voit mal comment Mme DOGBE peut vendre aux Togolais une cohésion sociale avec les arrestations arbitraires qui se poursuivent, les emprisonnements pour délit d’opinion, la chasse aux opposants politiques, l’élimination physique des civils et militaires pour ne citer que ceux-là. Le Cas du Colonel Toussaint Bitala MADJOULBA en est l’illustration parfaite.
Incapable d’instaurer une cohésion dans sa propre famille biologique puisque son propre frère KPATCHA croupit en prison depuis plus de 11 ans, Faure GNASSINGBE, inénarrable imposteur et ses affidés peuvent-ils assurer la cohésion sociale au Togo ? Certainement une chimère que Mme DOGBE tente de vendre aux Togolais !
La dictature, le vol, le despotisme que cultive le pouvoir illégitime, sont à l’opposé des fausses déclarations d’intention de Mme DOGBE.
Ci-dessous ce qui caractérise véritablement le pouvoir usurpé maculé de sang de Faure Gnassingbé depuis 16 ans et que l’instrumentalisation de la promotion de la femme dans les instances de décision ne saurait blanchir :
- Les détenus politiques sont toujours dans les geôles de la dictature cinquantenaire et les prisons togolaises sont principalement remplies d’opposants politiques ;
- Pas de liberté d’expression, les manifestations publiques sont interdites, des associations se voient illégalement retirer le droit d’exister alors qu’il s’agit d’un droit fondamental garanti par la constitution ;
- Pas de liberté de presse : les journalistes sont davantage menacés, voire arbitrairement arrêtés, jugés et condamnés à de lourdes peines pour avoir fait des investigations sérieuses.
Le Togo est militarisé à outrance uniquement pour garder le fauteuil présidentiel usurpé de Faure GNASSINGBE. Le gouvernement illégitime représenté par Mme DOGBE s’inscrit dans la continuité d’achat des armes en lieu et place de nourritures, de biens médicaux et éducatifs pour les Togolais, en lieu et place de mesures visant l’allègement du panier de la ménagère, la promotion et le financement de vrais projets économiques structurants pour les Togolais. Cette tromperie a assez duré.
1 Sur le plan Économique et Social
Le Togo est le seul pays en Afrique de l’ouest où la communication téléphonique est désastreuse alors que le citoyen paie une fortune pour un service inexistant.
Madame DOGBE parle d’amélioration de la situation économique sans donner aucun chiffre sur la création d’emploi net pour les JEUNES au Togo. La jeunesse, les paysans, les commerçants, les enseignants dont les responsables actuellement martyrisés, sont tous oubliés.
Une chose est sûre, les étudiants togolais très diplômés continuent de se livrer au seul travail de débrouillardise qui existe : « CONDUCTEUR DE ZEMIDJAN ». Quelle honte !
Madame DOGBE prétend vouloir construire des hôpitaux et des écoles : Il est curieux de voir que Faure GNASSINGBE a passé 15 ans à la tête de l’État sans se rendre compte que le Togo n’a aucun hôpital digne de ce nom ni aucun établissement scolaire et Universitaire conforme aux standards internationaux d’un pays du 21ème siècle.
La justice Togolaise est des plus déplorables en Afrique. Madame DOGBE se garde de dire le sort réservé à cette justice inféodée au pouvoir politique.
À l’ignorance criante de la connaissance du droit par les pseudos praticiens dénommés juges du siège ou du parquet, s’ajoutent des structures judiciaires délabrées et infectes.
Elle se garde de se prononcer sur la violation flagrante et permanente des lois et du texte fondamental qu’est la CONSTITUTION TOGOLAISE par celui qui l’a nommée à ce poste.
Madame DOGBE se croit encore en campagne puisqu’elle se livre à donner des orientations de projet à réaliser tout en oubliant que ces annonces ont déjà été faites depuis 15 ans sans qu’aucune réalisation ne soit intervenue.
Le TOGO a perdu ses « NANAS BENZ » fleurons de l’économie nationale, et mondialement connues. Rien n’est prévu pour les réhabiliter. Au contraire leurs outils de travail ont été délibérément détruits dans des incendies criminels depuis plus de huit ans sans redevabilité aucune. Quid du souci de promotion de la femme, de ses droits et sa productivité alléguée les propagandistes du pouvoir illégitime ?
La pauvreté est endémique au Togo. Pourtant Mme DOGBE y trouve une amélioration. Elle trouve le moyen de faire une annonce de la création d’une sécurité sociale pour les Togolais après plus de 15 ans de gouvernance hasardeuse de Faure GNASSINGBE et ses affidés.
Au demeurant, comment cette couverture sociale sera-t-elle financée ? Madame DOGBE est muette sur les moyens de financement des projets qu’elle annonce. Certainement les recettes non déclarées de nos ressources (or, diamant, pétrole entre autres) spoliées pourraient y contribuer !
C’est la preuve que ce gouvernement illégitime s’engage, tout comme les précédents, dans un pilotage à vue du Togo en enfonçant le pays un peu plus dans une pauvreté déjà insupportable.
La dame DOGBE ne dit rien non plus sur la Corruption institutionnelle qui est le sport favori des dirigeants Togolais y compris les gouvernants illégitimes actuels avec en tête Faure GNASSINGBE.
Plus de 54 ans de dictature militaro clanique maffieuse, le Togolais n’a ni eau potable, ni électricité, ni moyen élémentaire pour se nourrir, ni un accès aux soins de base de santé.
Pourtant la dame DOGBE affirme, sans honte, que la pauvreté a reculé au Togo. Elle ne doit pas vivre dans le même pays que les dignes filles et fils du Togo.
Elle a, au moins, le mérite de reconnaître qu’il y a beaucoup de choses à faire (et non à refaire). C’est un aveu de ce que rien n’a été fait au Togo à ce jour, même après plus de 54 ans de règne.
La dame DOGBE vient présenter un pseudo bilan de 100 jours de gouvernement présidé par l’inénarrable Faure GNASSINGBE. Quid du passif de son mentor et son clan dictatorial ? Ces années sont-elles passées en pertes et profits ?
Faire un bilan de 100 jours alors qu’on y a passé au moins 15 ans sinon plus, est une injure au Peuple togolais.
Ce peuple n’est pas aveugle et il sait que le mensonge a assez duré d’où son choix de changement opéré le 22 février 2020 en élisant, sans zone d’ombre, SE Dr Gabriel Agbéyomé Messan KODJO, pour une gouvernance vertueuse à la tête de l’État.
2 Sur le Plan Structurel
La dame DOGBE se délivre un certificat de satisfecit quant à la gestion de la pandémie Covid-19.
Là encore il s’agit d’une imposture. Elle n’a donné aucun chiffre sur les structures d’accueil existantes, les moyens techniques et humains mis en œuvre, les chiffres des contaminations, d’hospitalisations, de guérisons, des morts…
Les incantations derrière les mots ne suffisent pas à caractériser une réussite.
Dix mois après le déploiement sur toute l’étendue du territoire national de la Force spéciale anti-pandémie (FOSAP) qui a martyrisé les Togolais, il serait intéressant de présenter plutôt le bilan des actions menées pour limiter la propagation du virus et sortir le Togo par le haut de cette pandémie.
Quelles leçons édifiantes en matière de santé et de gouvernance socio-économique ont-elles été tirées après tant de crimes au nom de cette pandémie dont la gravité en Afrique est disproportionnée par ailleurs aux mesures décrétées comparativement aux autres maladies infectieuses qui affectent l’Afrique dans la quasi-indifférence des autres peuples ?
Bref, berner les Togolais dans un discours vide bâti pour la circonstance est un mépris du peuple et une insulte à l’intelligence collective.
La dame DOGBE s’est employée à annoncer des lois organiques à venir.
Elle ignore lamentablement que ce n’est pas les lois organiques que les Togolais attendent mais plutôt de quoi manger, se vêtir, dormir, circuler librement sans se faire bastonner par les « Talibans togolais » à la solde du pouvoir illégitime.
Elle évoque la biométrie dont 95 % de Togolais ne savent même pas de quoi il s’agit. Ce déphasage entre les pseudos gouvernants au Togo et la population est un signe que Faure GNASSINGBE est en train d’envoyer définitivement le Peuple togolais d’ans l’abîme.
Les Togolais ont besoin d’Écoles et d’Universités dignes de ce nom, des enseignants respectés dans leur Dignité et surtout leur fonction éducative, avec des conditions de travail adéquates et mieux payés.
Les Togolais ont besoin de leur agriculture et de leurs terres sans que ces terres ne soient usurpées et bradées aux étrangers.
Les Togolais ont besoin de l’eau potable, de l’électricité, d’un habitat moderne et disponible pour tous, d’un réseau téléphonique et internet fonctionnel et non à peu près fonctionnel.
Les Togolais ont besoin d’avoir des routes dignes de ce nom, et ne pas être rackettés tous les jours par des fonctionnaires corrompus.
Les Togolais ont besoin de leur commerce, d’une vraie vie sociale harmonieuse avec la richesse nationale pour tous et mieux répartie.
Les Togolais ont besoin d’être au centre de la construction de leur pays et ensemble.
Les Togolais veulent vivre tout simplement avec Dignité et Humanité dans le respect du libre choix de leurs gouvernants.
Les Togolais ont juste besoin du rétablissement de la vérité des urnes du scrutin présidentiel du 22 février 2020 avec la prise effective de pouvoir du Président démocratiquement élu, SE Dr Gabriel Agbéyomé Messan KODJO et son Gouvernement.
Les Togolais souhaitent ces prochaines semaines l’effectivité de l’Alternance politique au sommet de l’Etat avec la matérialisation du triptyque Transition-Constituante-Refondation.
Madame DOGBE et sa clique ignorent totalement ces besoins élémentaires qui épousent l’aspiration légitime du Peuple togolais. Ses lois organiques sont loin des réalités et de la vie quotidienne des Togolais de tous les jours.
Dame DOGBE peut revoir sa copie de bilan des 100 jours qui vient de la confronter aux dures réalités quotidiennes du Peuple togolais qui en appellent à plus de Vérité et d’Amour sur la Terre de nos Aïeux.
C’est ici le lieu pour le Gouvernement légitime du Togo de rassurer toutes les filles et tous les fils du Togo tout entier que la semence de 2020 verra très prochainement une belle moisson pour laquelle il convoque un regain d’énergie chez tous les Patriotes pour une fin heureuse de notre lutte citoyenne et collective de Libération nationale du Togo.
Le 16 janvier 2021
SIGNÉ Ben Koffi DJAGBA
Premier Ministre, Chef du Gouvernement