Infos Togo Lomé, Kara, Aného... / Sit-in à l’appel du Collectif des Syndicats de la Santé

Des praticiens hospitaliers réclament la tête du ministre Mijiyawa

Publié le mercredi 1er septembre 2021, par Gabinho

Ils l’ont scandé ce jour à Lomé, Aného, Kara et autres lors de leur sit-in de réclamation d’amélioration de leurs conditions de vie et de travail. Des foules de manifestants recensées aussi bien au CHU Sylvanus Olympio, CHU Campus, CHP d’Aného ou encore au CHU Kara, ont laissé échapper cette réclamation, « Mijiyawa démission ! Mijiyawa démission ! Mijiyawa démission ! ». Une réclamation supplémentaire qui donnera une autre allure à cette manifestation du Collectif des syndicats de la santé du Togo, dont les réclamations premières étaient bien connues de tous. Il s’agit de l’ « augmentation de la capacité d’accueil en réanimation du CHR-LC, les équiper en personnel soignant », la « création d’autres centres de prise en charge, ou des unités de réanimation Covid dans les CHU et les centres de prise en charge dans les régions pour éviter les décès dus à la saturation du CHR LC », « rendre rotatives les équipes de prise en charge en augmentant également leur nombre », la « dotation des 3 CHU du Togo et du CHR LC en scanner », la « dotation du CHU Kara et de CHU Lomé campus en appareil d’hémodialyse », la « mise aux normes des 6 centres hospitaliers régions » et la « proclamation du dernier concours et organisation comme promis par le gouvernement d’un concours avec absorption de tous les autres contractuels restants ».

« Nous n’avons pas un ministre de la santé, quand un ministre est incompétent, est incapable de discuter avec son personnel on le dégage », ce sont là des mots du porte-parole du SYNPHOT (Syndicat des Praticiens Hospitaliers du Togo), un des plus grands syndicats du secteur de la santé au Togo. Cette réclamation de démission du titulaire du portefeuille de la santé au Togo est surtout à entendre les manifestants, due au fait que celui-ci depuis sa nomination, se serait refusé à recevoir les responsables syndicaux pour des discussions sur leur situation de travail. Chose qui d’après eux relève d’une mauvaise foi.

Et le porte-parole du Collectif de préciser, « Avec la pandémie de Covid-19, nous avons jugé bon de ne pas être complice de la situation, nous n’allons pas être complice de la mort des Togolais sans soins adéquats », raison pour laquelle, ils auraient envoyé un courrier au gouvernement et à leur ministre de tutelle, afin de leur faire part de la gestion désastreuse faite de la covid-19, ou encore de la gestion des hôpitaux sans équipement, sans personnel et enfin, pour leur signifier le mécontentement du personnel face à leur mutisme. « C’est pourquoi nous sommes ici pour manifester, pour exprimer notre ras-le-bol, on n’en peut plus. Les syndicats du secteur de la santé sont un moteur diesel on ne va pas trop parler, ils savent, si rien n’est fait la suite, nous allons appuyer sur l’accélérateur, les gens vont le constater. C’est pour dire que nous n’allons plus nous arrêter une fois démarrer. Ça fait plus de deux ans vous ne nous avez pas entendu parler », justifiait-il.
T228

NB : Photos Togoscoop