Infos Togo Journée mondiale pour le droit de grève

CSI et FESYTRAT coalisent leurs actions pour protéger ce droit

Publié le vendredi 20 février 2015, par

Observée le 18 février de chaque année, la célébration de la journée mondiale pour le droit de grève a eu lieu mercredi dernier à Lomé. Ce fut à travers une conférence de presse que la Fédération syndicale des travailleurs du Togo (FESYTRAT) assistée par CSI a observé cette journée à Lomé.
Cette rencontre avec la presse a été l’occasion pour ces deux structures d’informer par le truchement des hommes de médias le public sur le bien-fondé de ce droit qui est le « droit de grève ».
« Cette conférence de presse nous a permis d’expliquer à vous les hommes de médias, le conflit qui nous oppose depuis 2012 aux employeurs et aux gouvernement. Nous disons qu’il n’est pas question qu’on remette en cause notre droit de grève qui s’apparente aujourd’hui à la seule arme dont les travailleurs que nous sommes, nous disposons pour obtenir satisfaction à nos revendications », a expliqué le SG de la FESYTRAT, Emmanuel Agbénou.
Pour M. Agbénou, le monde des travailleurs doit aujourd’hui aller à une coalition de ses actions pour que ce droit soit pérennisé pour les travailleurs.
« La situation conflictuel qui prévaut aujourd’hui au sein de l’Organisation Internationale du Travail, nous amène à réfléchir sur un certain nombre de questionnements : que sera le monde du travail sans le droit de grève ? Que deviendra les travailleurs et travailleuses sans le droit de grève et que feront-ils lorsque les employeurs refusent délibérément de donner satisfaction à leurs revendications », s’est interrogé le SG de la FESYTRAT.
Et au refus des employeurs et gouvernants de reconnaitre ce droit dans le futur, selon M. Agbénou, la seule alternative des travailleurs du monde est de se battre et de se mobiliser pour légaliser ce droit qui est aujourd’hui appliqué à l’aide d’une jurisprudence de l’OIT.
Dans l’agenda de la FESYTRAT et de son partenaire, CSI, et dans la droite ligne de la célébration de cette journée, il est prévu des séances de sensibilisation et d’information à l’endroit des travailleurs sur la situation qui prévaut aujourd’hui au sein de l’OIT par rapport au « droit de grève dans les pays ».
Charles D., Lomé (Telegramme228)