Afrique Retour des coups d’Etat sur le continent africain

Buhari en désaccord avec les condamnations de la CEDEAO

Publié le lundi 27 septembre 2021, par Gabinho

"Le président nigérian voit les choses autrement plus que ses pairs de la CEDEAO. Alors que le président en exercice de l’institution sous-régionale, le ghanéen vocifère pour condamner les militaires qui effectuent les coups d’état, son homologue du Nigéria voit autrement les choses. Pour Buhari, ce qui explique les coups d’état, ce sont les modifications de Constitution.

Le Nigérian a été très clair dans son discours à la tribune de l’Organisation des Nations-Unies (ONU) à New-York (Etats-Unis) le 24 septembre 2021. Il a fait des révélations sur ce qui entraîne les coups d’État en Afrique de l’ouest.

« En Afrique de l’Ouest, nos acquis démocratiques des années écoulées sont en train d’être sapés maintenant par la tendance récente. Une prise de pouvoir anticonstitutionnelle, parfois en réaction à des modifications unilatérales de la Constitution de la part de certains dirigeants ; cela ne doit pas être toléré par la communauté internationale », a plaidé le président du Nigéria.

Cette position de Buhari reflète la réalité dans la plupart des états africains. Est-ce à dire que, Buhari ne partage pas du tout la position de certains dirigeants qui veulent en découdre avec la junte guinéenne qui a évincé Prof Condé ? Ce qui est clair, c’est que, Buhari n’est pas allé loin pour voir les choses autrement sous un autre angle", pouvait-on lire ce jour dans les colonnes de nos confrères de Togotimes.

A l’analyse, on dirait que le président Mahammadu Buhari voit plus clair que ses pairs qui au lieu de s’accrocher à la source du problème s’accorchent aux conséquences en s’enfermant dans des condamnations aveugles mettant à dos les populations des pays libérés par les auteurs des coups d’Etat. Sacrée CEDEAO des peuples ou encore sacré syndicat.

T228 (avec Togotimes)