Infos Togo Apothéose de la Campagne HeForShe

Adjovi Lolonyo Apedo-Anakoma : « Une opportunité d’élargir et de relever une fois encore le débat, pour identifier les goulots d’étranglement »

Publié le mardi 10 août 2021, par Gabinho

C’est l’un des mots forts de la ministre de l’Action sociale, de la Promotion de la femme et de l’Alphabétisation, Mme Adjovi Lolonyo Apédo-Anakoma, lors de la cérémonie apothéose de la Campagne HeForShe qui a eu lieu ce mardi 10 Août 2021 à Lomé. Au cours de cette activité, il a été question des interventions mais également d’un panel sur le thème « Quand les hommes s’engagent pour l’égalité », pour édifier encore plus membres du gouvernement, députés à l’Assemblée nationale, élus locaux, chefs traditionnels, artistes et autres leaders d’opinion, sur cette campagne qui a pris corps depuis 2014, à travers le monde sur initiative de ONU-Femmes.

Dans son mot à l’assistance, il a été question pour le membre du gouvernement de relever les différentes réformes ambitieuses opérées et des mesures innovantes prises par l’exécutif togolais allant dans le sens du genre et de la promotion de la femme. Entre autres, a-t-elle cité,
« la discrimination positive au niveau de l’éducation scolaire et de la formation professionnelle qui a permis, de nos jours, à de nombreuses filles d’émerger et d’avoir une bonne qualification professionnelle », « l’amélioration du cadre juridique, grâce auquel les filles et les femmes accèdent à plus d’opportunités et sont plus protégées contre divers abus et violences », « l’affirmation du leadership des femmes, et leur représentativité dans les instances de décision, qui connaissent un accroissement sans précédent grâce à la volonté politique » et « au plan programmatique et stratégique, de nombreux projets et programmes socio-économiques mis en œuvre au profit des femmes pour accélérer leur inclusion sociale et leur autonomisation économique ». Mais à regret, constate-t-elle, « bien que ces avancées notoires soient réalisées, nombre d’indicateurs prouvent encore que les femmes et les filles occupent toujours, pour beaucoup parmi elles, des positions marginales dans notre société. Elles ont faiblement accès aux moyens de production, aux opportunités économiques et sociales, et accèdent difficilement à une redistribution sociale à parité avec les hommes ». D’où elle voit en cette campagne, une « opportunité d’élargir et de relever une fois encore le débat, pour identifier les goulots d’étranglement qui empêchent nos efforts d’aboutir durablement en faveur d’une société beaucoup plus inclusive et équilibrée ».

Tout en se montrant reconnaissante au PNUD (Programme des Nations Unies pour le Développement) et à ONU-Femmes pour cette opportunité offerte quant à l’accompagnement dans la planification et l’organisation de cette campagne, Mme Apédo-Anakoma a promis que le « Gouvernement, pour sa part, fera davantage en mettant à profit toutes les opportunités relevant de ses prérogatives, pour améliorer la situation de la femme togolaise, en préservant les acquis et en explorant des pistes innovantes susceptibles d’apporter une plus-value au rayonnement de la fille et de la femme togolaises ». Une invitation à une synergie d’action en faveur de l’expression du leadership féminin, est lancée, aux « hommes et tous les garçons de notre pays » à se considérer « comme ambassadeurs du HeForShe ».

Dans la même dynamique que le membre du gouvernement Tomégah-Dogbé, le Représentant résident du PNUD au Togo, Aliou Mamadou Dia, a insisté sur le fait que « quand les hommes s’engagent pour l’égalité, la marche vers une société juste, harmonieuse et respectueuse des droits des femmes et des filles est accélérée et les discriminations sont éliminées, les barrières sociales sont brisées, le plafond de verre est percé, et les femmes libèrent leurs pleins potentiels au bénéfice de toutes et tous ». Marquant son adhésion à l’un des messages de la Cheffe du gouvernement togolais, qui indiquait que « l’engagement du Togo pour le Leadership féminin est irréversible », le diplomate s’est réjoui de ce que l’engagement des uns et des autres pour le HeForShe est bien fort, vu que « l’égalité de genre est à la fois une question de droits humains et de développement ».

Cependant, interpelle-t-il le gouvernement à ce que cette campagne ne se limite pas seulement aux déclarations mais puisse « susciter de véritables engagements d’actions ingénieuses à effet rapide et multiplicateur sur les conditions de vie des femmes et des filles au Togo ». Enfin, a-t-il formulé un encouragement à l’exécutif togolais afin d’ « adopter un plan d’actions concrètes à la suite de la campagne ».

Selon les chiffres des deux premières semaines de cette campagne de solidarité mondiale plus axée sur le digital avec l’utilisation des médias sociaux (Twitter, Facebook, et autres), un petit bilan présenté indique que 135 personnes dont 63% d’hommes ont été atteintes par la campagne digitale ».
T228