Infos Togo

ZHANG FABRIC, encore une société chinoise hors la loi au Togo, où l’esclavage moderne est la chose la mieux partagée au Togo

Publié le samedi 12 mai 2018, par Gabinho

C’est le MMLK (Mouvement Martin Luther KING), qui allume à nouveau ses projecteurs sur les pratiques qui ont cours dans certaines sociétés chinoises installées au Togo. Après son engagement aux cotés des ouvriers de la CRBC, une société chinoise qui opèrè dans les Travaux publics, ce mouvement du Pasteur Edoh Komi s’est intéressé aussi à la vie à Zhang Fabric, spécialisée dans la fabrication des valises et des sacs de voyage et existe au Togo depuis déjà dix ans et dont il est difficile de se prononcer avec exactitude sur son statut.

""Le monde du travail dans le secteur privé au Togo ne cesse de subir de graves atteintes aux lois sociales et du travail notamment le code du travail et la convention collective interprofessionnelle. Ni l’un ni l’autre ne sont nullement respectés par la majorité des employeurs exposant ainsi facilement les employés à la misère, à la pauvreté, à la mendicité et à la précarité. Leur emploi ne les nourrit pas d’où leur indécence. Au rang de ces sociétés, figure ZHANG FABRIC (située à côté du terrain FOREVER) dont on ne connaît pas le statut (pas de zone franche)"".

Chose écoeurante, ""travaillant dans cette société pendant une décennie au Togo, les employés sont sans contrat de travail, donc ne sont pas déclarés à la CNSS, pas de primes, ils font 10 heures de travail par jour, pas de congé, pas de bulletin de paye, ils sont payés à la tâche, pas de délégué de personnel. Toutes les tentatives pour réclamer les meilleurs conditions de travail et de vie sont étouffées par un Togolais qui serait un fonctionnaire des impôts (OTR)"". Conclusion du MMLK, ""ce dernier (le Togolais dont le nomn’a pas été révélé, ndlr) est le véritable protecteur et défenseur de l’employeur et se contente de la misère de ses compatriotes. Sans nul doute, il est la source de tous les maux et les malheurs des employés"".

Ce mouvement en veut pour preuve, le fait que sa visite du ""07 mai 2018 dans cette société pour s’enquérir de la situation des travailleurs a tourné en vinaigre et en calvaire pour ces derniers jusqu’à une demande d’explication de notre présence. Il y voit là une exploitation des Togolais et qui sont réduits à l’esclavage des temps modernes"".

Fort de tout ce qui précède, le MMLK ""condamne cette pratique à laquelle la majorité des Togolais est soumise par des expatriés Chinois et appelle à rompre définitivement avec cet idéal néocolonialiste"", ""demande aux autorités compétentes de s’assurer de la base légale d’existence de cette société (comme tant d’autres qui font le malheur des Togolais ) afin de redonner aux employés leurs légitimes droits"". Enfin, exige-t-il ""des sanctions sévères au responsable de la société ZHANG Fabric afin de dissuader tous ceux qui continuent par abuser des droits des employés"".
T228