Infos Togo Affaire de passage à tabac à Kparatao

Yark Damehame dément : ""Il n’y a rien eu à Kparatao dans la nuit du 24 au 25 Février""

Publié le mercredi 7 mars 2018, par

""Réclamer une poursuite des auteurs du passage à tabac des populations de Kparatao dans la nuit du 24 au 25 février 2018"", voilà un des motifs qui ont conduit la Coalition des 14 partis de l’opposition à annoncer le dégel des manifestations publiques et à annoncer une nouvelle série de marches pour la semaine prochaine.

En conférence de presse ce mercredi, le ministre togolais de la Sécurité, Yark Damehame et son collègue de la Communication, Guy Madjé Lorenzo, ont tenu à apporter un démenti formel à cette affaire de Kparatao.

""Dans la nuit du 24 au 25 février, il n’y a rien eu à Kparatao"", a assèné d’entrée le ministre Yark, avant de poursuivre que c’est une affaire qui est partie d’un audio d’un jeune de Kparatao et qui l’a balancé et que les gens ont récupéré sans faire les vérifications indispensables. ""Et ça l’a conduit devant le chef canton de Kparatao, lui et son papa"", a informé Yark Damehame.

Tout en reconnaissant que les hommes de médias font un travail difficile surtout par ces temps ci au Togo, il les a toutefois appelé à plus de vigilance et au recul pour les vérifications possibles pour ""ne pas évoquer ce qui n’existe pas"".

Et pour ce qui est de la Coalition qui en a fait un des points de revendication de leurs manifestations de la semaine prochaine, il a confirmé que son collègue de l’Administration a reçu une lettre d’information et ont demandé à cette dernière, les noms des victimes de ce qu’elle appelle le tabassage des populations de Kparatao. Et que jusqu’alors, ils n’ont pu en fournir.

A tout prendre d’après Yark, appuyé par son collègue, Guy Lorenzo, tout relève d’une ""agenda cachée"".
T228