Infos Togo Togo-Culture de rente

Une retraite assurée pour Kossi grâce aux semences améliorées d’anacardes

Publié le mercredi 13 mai 2020, par Gabinho

Pour sa retraite paisible, Kossi Kombaté, converti en agriculteur croit aux semences améliorées introduites dans la culture d’anacarde.

L’homme qui se confiait aux Radios Rurales Internationales, relayées par nos confrères de Vert-Togo, de par les 180 arbres implantés sur 4 hectares et qui voit fleurir ces jeunes arbres espère déjà que « la saison sera fructueuse ».

Pour en arriver là, M. Kossi est parti des connaissances reçues au cours d’une formation sur cette culture. Au cours de cette formation, il a été question pour lui de se rendre compte de ce que l’anacardier est une bonne source de revenus pour les populations rurales, qui stimule l’économie et contribue à la création d’emplois.

Ainsi, ne voulant pas passer à côté d’une telle occasion, l’agriculteur togolais se dote d’un kilogramme de graines payé à 1 000 FCFA. Selon ses propres dires, il a préparé les sachets en plastique, puis des pépinières, et « les graines germent déjà au bout de 14 jours, mais il faut attendre encore un mois, afin que la racine se fixe avant de mettre le plant en terre ».

Si au bout de deux années, il est donné la possibilité pour l’agriculteur grâce aux variétés améliorées, de tirer des fruits et des noix pouvant être cueillis plus tôt durant le cycle de vie de l’arbre, il reconnait que toutefois, ces variétés produisent bien plus longtemps que les anciennes variétés. Et conséquence, le rendement annuel se révèle encore plus élevé.

Avec une telle possibilité, le reconverti à l’agriculture, peut désormais envisager avec sérénité sa retraite, grâce à l’anacarde et ses variétés améliorées. Aussi, indique-t-il disposer d’une palmeraie, d’une bananeraie, d’une plantation de manguiers et d’anacardiers. « Si les arbres sont bien entretenus, ils commencent à produire au bout de deux ans. C’est l’un des atouts des semences améliorées. Avec les anciens arbres, il fallait attendre cinq ans pour qu’ils portent des fruits mûrs pour la cueillette. Le rendement est également plus important. J’ai pu récolter 160 kilogrammes de noix de cajou l’an dernier. Chaque arbre amélioré peut produire 20 kilogrammes de noix pendant cinq ans », se réjouit-il. Et de poursuivre, « les anacardiers améliorés produisent plus tôt et continuent de produire bien plus longtemps que les anciennes variétés. La production commence tôt et finit tard. C’est pourquoi je pense que ces arbres garantiront ma retraite. Je profite de leurs fruits. Mes enfants en profiteront aussi. Ils sont la garantie de ma survie dans mes vieux jours ».

Il espère dès lors que des investissements se mobiliseront en faveur de ce secteur, vu que les rendements sont désormais satisfaisants au point où cette culture de rente se positionne désormais derrière le coton, le café et le cacao, et même que son tonnage a dépassé ces dernières années à l’exportation, ceux de ces deux derniers.
T228