Infos Togo Mutation de la Covid-19, un an après son apparition

Une nouvelle variante qui appelle à doubler de vigilance

Publié le mardi 29 décembre 2020, par Gabinho

Le Royaume Uni a connu une nouvelle variante du coronavirus qui sans doute, sème la panique sur le continent Européen. Les avantages ou les conséquences qui en découleront de l’évolution de cette mutation du coronavirus restent à étudier, selon les experts.

Tout comme les êtres vivants, les virus sont dotés d’un matériel génétique (ADN ou ARN), qui peut être sujet à des modifications lorsqu’ils se répliquent (mutations) dans les cellules où ils se propagent ou par échanges entre virus (recombinaisons). Le plus souvent sans conséquence, ces mutations peuvent aussi conférer au virus un avantage ou un désavantage pour sa survie."Il existe sans aucun doute des milliers de variantes", rappelle Emma Hodcroft, épidémiologiste à l’université de Berne.

"Le plus important est de chercher à savoir si cette variante a des propriétés qui ont un impact sur la santé des humains, les diagnostics et les vaccins", ajoute le professeur d’infectiologie à l’université de Liverpool Julian Hiscox, cité par le Science Media Centre.

En ce qui concerne cette nouvelle variante, Elle est issue d’une mutation nommée N501Y, au niveau de la protéine Spike (spicule) du coronavirus, la pointe qui se trouve à sa surface et lui permet de s’attacher aux cellules humaines pour les pénétrer, jouant donc un rôle clé dans l’infection virale. La preuve en est la hausse du nombre d’hospitalisation avec cette mutation dans le pays soit une contagiosité supérieure de 70%.

Pour autant, Emma Hodcroft se montre prudente sur une "contagiosité supérieure de 70%", car les estimations tôt dans le temps peuvent être modifiées et "qu’on n’en sait pas beaucoup sur comment ce chiffre est sorti".

"D’après tout ce que nous savons à l’heure qu’il est et à la suite d’entretiens qui ont eu lieu entre les experts des autorités européennes", la nouvelle souche "n’a pas d’impact sur les vaccins" qui restent "tout aussi efficaces", a déclaré le ministre de la Santé allemand Jens Spahn. "Rien n’indique pour le moment que cette nouvelle souche entraîne un taux de mortalité plus élevé ou qu’elle affecte les vaccins et les traitements, mais des travaux urgents sont en cours pour confirmer cela", a ajouté le médecin-chef de l’Angleterre Chris Whitty. L’OMS et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) sont parvenus aux mêmes constats mais ajoutent aussi que des investigations complémentaires sont nécessaires.

Selon l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), des formes similaires ont été détectées en très faible nombre en Australie (un cas), au Danemark (9), aux Pays-Bas (1) ou en Afrique du Sud. L’Italie a également annoncé un premier cas détecté dimanche. "Même s’il n’est pas né au Royaume-Uni, il semble bien qu’il y ait grandi. C’est en Angleterre qu’il s’est développé", assure Emma Hodcroft. De son côté, le ministre français de la Santé Olivier Véran n’a pas exclu qu’il circule déjà en France, même s’il n’a pas encore été détecté.

T228