Infos Togo Sous-secteur des Transports au Togo

Une faîtière des organisations des transporteurs, dirigée par Amah Aklesso, pour parler d’une seule voix vis-à-vis du Gouvernement et autres partenaires

Publié le mercredi 9 décembre 2020, par Gabinho

Les transporteurs togolais réunis au sein de l’UNATROT, de L’USYCORT, de la FNSTR-T, de l’UGETRT, de l’URT, et de la FESYTRAT ont désormais une faîtière qui parlera en leur nom devant l’autorité. Il s’agit de FP2TR (Faîtière Patronale Togolaise des Transporteurs Routiers), porté sur les fonts baptismaux ce Mardi 08 Décembre 2020, au terme d’une Assemblée générale constitutive tenue à Lomé.

Les travaux qui ont duré toute la journée, ont accouché d’un bureau exécutif de 6 membres dirigé par Shérif Amah Aklesso, et d’un Conseil d’Administration de 12 membres. A entendre le président de cette faîtière, il s’agit là de l’aboutissement d’un processus enclenché « depuis 2019, dans le cadre du projet d’appui à la compétitivité » qui a amené l’Etat togolais à solliciter des consultants de l’Organisation mondiale du transport routier, l’IRU. Pour M. Aklesso, « ce projet qui vient de voir son aboutissement cadre avec les ambitions déclinées dans l’axe 1 du PND qui veut faire du Togo d’ici 2022, un hub logistique d’excellence et un centre d’affaires de premier ordre dans la sous-région  ». Tel un connaisseur du milieu des transports togolais et inscrit dans la dynamique des actes concrets que celle des discours, il a invité les membres de la nouvelle faîtière à ensemble « œuvrer davantage afin que cette faîtière soit la lumière du secteur des transports routiers  ».

Pour le ministre des Transports Routiers, Aériens et Ferroviaires, Affoh Atcha-Dédji, qui s’est fait représenter pour l’occasion, par le Secrétaire général de son département, Dr Michel K. Tindano, cette initiative forte et d’autres « dans le sous-secteur des transports routiers s’inscrivent dans une politique globale de transport multimodale fondée sur des plateformes aéroportuaires, portuaires, routières et ferroviaires intégrées, modernes et adaptées  ». Et de souligner qu’ « elles cadrent ainsi, avec la feuille de route 2020-2025 du gouvernement notamment en son ambition V : ‘‘affirmer la place du pays en tant que hub logistique et de service’’  ». Mieux encore, dans son message transmis par son représentant, le ministre Atcha-Dédji, voit en la mise sur pied de cette faitière, la marque d’ « un échelon important dans l’évolution de notre système de transport  ». Il a souhaité dès lors voir ce regroupement dans ses actions « permettre au sous-secteur de contribuer efficacement à la compétitivité de la production nationale sur les marchés intérieurs et extérieurs par un renforcement des services de transports et à la réduction de la pauvreté ». Enfin, le membre du gouvernement a « exhorté à honorer, avec l’appui des services techniques de l’Etat, les engagements de tous ordres  » qu’ils seraient amenés « à prendre, pour encourager ainsi les partenaires financiers  » à les « soutenir davantage ».

Le bureau de Shérif Amah Aklesso, élu pour un mandat de 4 ans, à en croire son 1er vice-président, Rémi Kpadénou, aura pour premier chantier « la refonte des mentalités au sein de nous-mêmes transporteurs, savoir qu’on a des devoirs, c’est pour ça que vous avez vu toutes organisations professionnelles qui se sont regroupés pour qu’il y ait un travail éducatif. Le gouvernement d’ailleurs a déjà commencé en nous mettant à disposition des experts pour qu’on puisse répondre aux normes, pour qu’on puisse faire un travail sur nous-mêmes, mieux organiser le secteur et répondre au mieux aux besoins des clients surtout des pays de l’hinterland  ».
T228