Infos Togo

Une dénonciatrice de plus pour Papson Moutité

Publié le mardi 19 mai 2020, par Gabinho

Depuis sa surprenante libération provisoire pour raison de santé la semaine dernière, Papson Moutité ne cesse de gagner des dénonciateurs de partout.

Ayant pour objectif, la protection de l’enfant et de la Femme, l’AGPEF (Alliance Globale pour la Protection de l’Enfant et de la Femme) de Laure Amoussou-Amana s’est jointe à la liste des dénonciateurs de celui que l’on accuse de violences exercées sur de jeunes filles, de viols, entre autres.

Cette association dénonce cette remise en liberté sans jugement du fait de la gravité des accusations.

« C’est avec surprise et consternation, que l’Alliance Globale pour la promotion de l’Enfant et de la Femme (AGPEF-Togo) a appris la libération conditionnelle de l’auteur poursuivi de viol et complicité de violences volontaires aggravées », pouvait-on lire dans un communiqué publié hier Lundi par la Directive exécutive de cette association, Laure Amoussou-Amana.

En tout cas, si rien ne dit que la procédure ne devrait pas suivre son cours, l’AGPEF est catégorique, l’artiste doit répondre des accusations portées contre lui devant la Justice.

Selon la Section III du Code pénal, Amoussou Midodji alias Papson Moutité devrait écoper d’une peine allant de 5 à 10 et une amende de 2 millions à 10 millions de FCFA pour les faits qui lui sont reprochés.

T228