Infos Togo Interpellation d’un peuhl bouvier pour braquage

Un Togolais réagit : "Un délinquant est un délinquant et doit être puni conformément aux lois"

Publié le vendredi 9 août 2019, par Gabinho

Basta !!!

UN DELINQUANT EST UN DELINQUANT ET DOIT ÊTRE PUNI CONFORMEMENT AUX LOIS. IL PEUT ETRE PEULH OU NON. ET UN PEULH N’EST PAS FORCEMENT UN BANDIT !

Et je ne vole pas parce que je suis peulh, non ! Je vole parce que je suis un voleur, point barre !

Depuis hier circule sur les réseaux sociaux un CR du Service Régional de la Police Judiciaire de Tsevié et relayé par certaines presses en ligne. Dans le CR, on peut lire :
<

Bilan: 01 peulh interpellé>>
Les presses relaient la même information avec des titres ethnicisés : <>. Et ceci est la énième fois.

L’ethnicisation des crimes s’accroît et c’est dangereux pour la cohésion sociale.

J’ai beau chercher, je n’ai jamais compris la publicité faite par des journalistes et même la police dans ses rapports sur les cas criminels.

Tantôt vous allez lire des expressions du genre : un peulh a tué..., un peulh arrêté..., un peulh abattu... Tantôt on nous présente : "des bandits arrêtés dont un peulh." C’est à croire que le peulh est une créature de second ordre. Assez cette publicité nuisible !
Ce qui est blizzard c’est que partout dans le monde on a des peulh ministres, généraux, présidents même. Mais on ne voit jamais un journaliste écrire : Un peulh élu président, un peulh nommé ministre... Mais si c’est pour faire une publicité néfaste, ils sont présents.

Des milliers de crimes sont régulièrement commis sans que l’on ne sache, du moins prioritairement, l’ethnie du criminel ou de la victime. On a de la mauvaise graine dans chaque groupe mais cela ne fait pas de tous les membres des diables pour autant.

Vous ne vous en rendez pas compte mais cette façon de faire cause énormément préjudice aux membres de cette communauté. Vous mettez de la peur, de la méfiance et surtout de haine dans les cœurs des autres communautés qui cohabitent avec les foulani.

Des gens sont tentés de croire à tord que Tout peulh serait un bandit de grand chemin, un tueur ambulant. Et ils ont raison dans leurs jugements car c’est ce que ce qui sont supposés détenir la vérité les ont fait croire. Les médias, nationaux qu’internationaux doivent être plus professionnels dans leurs reportages.

Parce qu’on a arrêté un peulh dans un groupe de voleurs, tous les autres voleurs seraient-ils forcément des peulh ?

Sans vouloir me mêler du travail de la police, je voudrais saisir cette opportunité pour attirer leur attention sur la situation qui fait loi depuis un moment à la frontière Togo-Burkina. Parce que des terroristes auraient quitté le Burkina vers le Togo, des peulh sont arrêtés à longueur de journée et détenus arbitrairement pour des enquêtes dont nous savons tous quand ça commence mais ignorons la fin. Certains quittent juste le marche ou l’hôpital et sont arrêtés à la frontière. Leur crime ? Parce qu’ils sont PEULH et qu’il y aurait des peulh interceptés dans un groupe de terroristes. Il y a pourtant pas que des peulh impliqués dans cette affaires ! C’est tout à fait normal qu’une personne suspecte soit interpellée pour enquêtes. Mais que fait-on pour dédommager ceux là qui sont gardés dans de pires conditions, laissant sa famille à son sort pendant des mois pour être libérés après, faute de preuve ? Il faut limiter les arrestations abusives et arbitraires.

Un togolais arrêté c’est togolais arrêté. Un burkinabé arrêté reste un burkinabé arrêté ! Point barre ! Évitons donc de mettre au devant l’ethnie du délinquant.

Ce que vous faites engendre des dissensions internes et affecte négativement la cohésion sociale. Stop !

Nous pouvons comprendre que les foulani soient singularisés du fait de leur identité culturelle. C’est un peuple à des caractéristiques spécifiques et communes de par le monde. Mais ils ne sont pas différents des autres et ont droit à un traitement égal. Si on décrit tous les autres criminels sans mettre au devant leurs ethnies, on doit pouvoir le faire avec la communauté peulh aussi ! Et pour se faire, nous n’arrêteront pas de décrier cette injustice jusqu’à ce qu’elle ne cesse. Des associations peulh existent et elles doivent défendre leur communauté contre cette discrimination nuisible. Je fait référence évidemment aux associations légalement constituées telles Tabitaal pulaaku international, Pinal Potal Pulaaku, Andal & Pinal, Potal Men,...

Il faudrait aussi que les organisations de défense des droits de l’homme s’intéressent à ce sujet discriminant. Il faut prévenir le mal. Nous assistons avec impuissance aux événements malheureux au Mali et ailleurs, dus généralement à des dissensions communautaires. Nous n’avons pas besoin de ça encore nulle part au monde.

Du côté de nos frères peulh, il faudra toujours collaborer avec la police en dénonçant tout malfaiteur autour de vous. Ne protégez pas un bandit pour ensuite vous créer d’ennuis à cause de lui.

seidouadou19@gmail.com