Afrique UN CIVIL MALIEN TUE PAR DES SOLDATS FRANÇAIS

UN TEMOIN CONTESTE LA VERSION DES SOLDATS

Publié le mercredi 2 septembre 2020, par Gabinho

Des militaires français de la force Barkhane ont ouvert le feu, hier mardi à Gao, sur un bus qui, selon eux, fonçait sur leur convoi. Un civil a été tué et deux personnes ont été blessées mais la version des faits avancée par l’armée française est mise en doute.
Selon un communiqué de l’état-major de l’armée française, à une cinquantaine de kilomètres à l’ouest de Gao au Mali, « un bus qui se dirigeait à vive allure en direction du convoi militaire (français) a fait l’objet de sommations », dont un tir « dirigé vers le sol », mais « deux balles ont ricoché sur le sol et traversé le pare-brise, blessant trois passagers, dont l’un grièvement ».
Par la suite, le blessé grave après son transfert vers l’hôpital de la force Barkhane Gao a malheureusement succombé à ses blessures.
Cependant cette version des soldats français indiquant que le bus qui transportait 45 passagers aurait refusé de ralentir malgré des sommations a été remise en doute par le directeur de la compagnie, Abdoulaye Haidara.
Le chauffeur du bus a contesté expliquant à ses employeurs qu’il n’avait pas refusé de s’arrêter et n’avait entendu que les tirs qui ont blessé trois personnes et non les tirs de sommation.
Toutefois, la force Barkhane a présenté ses sincères condoléances aux proches de la victime décédée, mais une enquête devrait établir les circonstances exactes de l’incident.
Rappelons que la France compte quelque 5 100 militaires déployés au Sahel.
Yvette S. /T228