Infos Togo Réparation et indemnisation des victimes de violences sociopolitiques

Un nouveau siège, de nouvelles orientations pour une meilleure prise en charge

Publié le vendredi 16 février 2018, par

Du 12 au 29 Décembre 2017 et ensuite du 12 au 15 Février 2018, ce sont là des périodes phares de la première phase de prise en charge des victimes des violences sociopolitiques organisée par le HCRRUN. Pour faire le point de cette phase qui devra se poursuivre jusqu’au 2 mars 2018 pour permettre de prendre en charge et d’indemniser les 137 victimes et les 11 autres « victimes spéciales », et aussi présenter le nouveau siège de cette institution et de sa sœur, la Médiation de la République, la présidente Awa Nana et ses collègues étaient face à la presse ce jour.

Il en ressort que sur les périodes précitées, au total 88 des 137 victimes ont été prises en charge sur le plan médical et ont reçu une indemnisation. Une indemnisation qui fait au total selon les chiffres donnés, 154.980.000 F cfa, pour les 88 victimes. Elle (Awa Nana) s’est réjouie pour l’occasion, de ce que les victimes réparées et indemnisées étaient heureuses et voire surprises en prenant leurs chèques. « Retenez tout simplement que ces montants, tout en étant symboliques, ont provoqué la surprise agréable des victimes, conférant un franc succès au processus et font espérer l’implication active des victimes elles-mêmes et de l’ensemble des acteurs qui accompagnent le processus », a-t-elle indiqué.

Comme pour satisfaire aux doléances des victimes de la période de 1958-1989 et 1990-2004, le HCRRUN dans la foulée a annoncée une nouvelle orientation à sa stratégie de prise en charge des victimes. Et pour information, Awa Nana a fait savoir que « pour plus de cohérence dans notre action, nous avons décidé, qu’après les victimes vulnérables de 2005, nous poursuivrons avec la prise en charge de toutes les autres victimes vulnérables des périodes sus mentionnées. Il s’agit d’après les informations données de 159 personnes pour la période 1958-1989 et de 250 personnes pour la période 1990-2004. En tout cas, rassure-t-on, « ces chiffres ne sont jamais exhaustifs et sont susceptibles de varier pour plusieurs raisons non connues à l’avance mais qui sont tirées de la base de données informatiques ».

Pour information, le gouvernement aurait également accordé, en plus des 2 milliards de F cfa pour le démarrage de ces réparations et indemnisations, une enveloppe complémentaire de 5 milliards de F cfa. Toutefois, d’après les estimations de Mme Awa Nana, il faudra en moyenne une enveloppe globale de 35 milliards de F cfa pour pouvoir prendre en charge toutes les 22.000 victimes, recensés sur la période de 1958 à 2005.
T228