Infos Togo Arrestation musclée des militants du PNP à Djagblé

Un journaliste raconte les faits tels que vécus : ""J’ai vu des responsables du PNP surtout ceux habillés en rouge maltraités comme des animaux""

Publié le lundi 10 septembre 2018, par Gabinho

Les forces de l’ordre en grand nombre et lourdement armées se sont encore illustrés aujourd’hui (dimanche 09 Septembre, ndlr) à Djagblé dans une démonstration de la barbarie contre les militants du PNP qui étaient en pleine réunion au niveau du CEG GBAMAKOPE. Tout a commencé avec l’arrivée d’un Commandant de Brigade qui recevait des appels incessants de ses supérieurs hiérarchiques. Il a exigé à rencontrer les responsables à qui il demandait de savoir où se tenait la réunion. Ces derniers lui ont fait comprendre que la réunion du PNP se tient dans la maison puisqu’ils étaient à la devanture avant la venue du CB sur moto. Ce n’est juste après le départ du CB que les forces de l’ordre ont surgi. Elles tabassaient toutes personnes. Aucune pitié pour les femmes également. La maison était automatiquement encerclée et les militants du PNP ont été sauvagement violentés sous prétexte qu’ils n’ont pas eu d’autorisation. Pourtant les autorités locales à entendre les responsables du parti PNP, étaient informées de cette réunion si bien que c’est dans une maison. L’atrocité était monstreuse. Impossible d’essayer de sortir son téléphone pour prendre image. C’était sauve qui peut. Mais tout au long de la petite minute de curiosité, j’ai vu des responsables du PNP surtout ceux habillés en rouge maltraités comme des animaux. Ils étaient d’abord arrêtés et neutralisés avant de recevoir des coup de pieds sur le ventre et sur la tête. Le sort des responsables en tenue rouge était très déplorable. La zone était assiégée pendant pendant 1h 30. Les forces de l’ordre ont emporté les sièges. La maison était déserte avant mon retour de la cachette. J’ai rencontré un enfant qui me disait que son papa a été aussi arrêté. Il était triste. Parmi les personnes arrêtées pour une destination inconnue selon les voisins, on peut citer monsieur EGBONE, ancien professeur du lycée de DJAGBLE, ELOM BOSSOH, l’entrepreneur ainsi que le propriétaire de la maison qui abritait la réunion. Il faut noter que c’est depuis l’annonce de cette réunion des jours avant que les forces de l’ordre ont assiégé la zone.

A. Fifa