Infos Togo Covid-19 / Rapatriement des Togolais de l’étranger

Un élu local dénonce une situation de « deux poids deux mesures » et réclame un remboursement des frais de billet d’avion à ceux revenus de Liban

Publié le dimanche 21 juin 2020, par Gabinho

Il a toutes ses raisons pour dénoncer ce qu’il appelle une situation de « deux poids, deux mesures » dans le traitement offert aux ressortissants togolais dans le monde qui souhaiteraient retourner au pays en ces temps de Covid-19.

Dans un communiqué, rendu public ce 21 Juin 2020 par son association, le Pasteur Edoh Komi, élu local et 1er Adjoint au Maire de la Commune Golfe 2 de Nukafu-Hédzranawoé, fustige la façon dont est traitée la doléance de rapatriement manifestée par les Togolais vivants au Liban comparativement à ceux qui sont en Europe.

D’après le Communiqué du MMLK (Mouvement Martin Luther King) dont il est le président, communiqué intitulé « MMLK / RETOUR AU BERCAIL DE 32 RESSORTISSANTES TOGOLAISES DU LIBAN SUR UNE CENTAINE QUI ONT MANIFESTÉ LEUR DESIR D’Y RENTRER », il est indiqué qu’ « alors qu’un vol spécial d’une compagnie française a été affecté pour rapatrier les Togolais bloqués en Europe, ceux au Liban ont subi un sort inverse et triste. Sur une centaine de compatriotes qui auraient manifesté leur désir de rentrer dans leur pays d’origine, seules 32 ont pu rassembler les fonds pour payer le billet d’avion. N’eût été l’implication effective du consul honoraire du TOGO à Beyrouth pour négocier avec la compagnie Ethiopian Airlines, les compatriotes actuellement de retour seraient toujours bloqués au Liban. Malgré tout, leur voyage n’a pas été du tout serein ni sans soucis puisqu’au lieu de joindre l’aéroport de Lomé, elles ont été larguées à Cotonou avant de rallier la capitale Togolaise par un Bus offert par l’État Togolais ». Ce qui, d’après ce Mouvement qui défend de tout temps la cause des Sans voix, n’est que l’expression d’un traitement de « deux poids deux mesures », surtout que ces Togolais du Liban étaient contraints de débourser la somme de 800 dollars, pour payer leur billet d’avion pour le rapatriement.

« Alors que le Chef de l’Etat dans son adresse à la nation le 1er avril a dit avoir instruit le gouvernement pour que toutes les mesures soient prises pour rapatrier les compatriotes bloqués hors de nos frontières pour raison des états d’urgences dûs à la crise sanitaire à COVID 19, pourquoi faut-il marginaliser les compatriotes en provenance du Liban ? », s’interroge le MMLK qui constate ainsi que « l’Etat Togolais n’a pas rapatrié ses citoyennes bloquées au Liban mais a juste favorisé leur entrée sur le territoire à partir de Cotonou » et réclame sans détour, « justice à nos compatriotes en leur remboursant les frais du billet ».

On ose espérer que sa doléance ne tombera pas dans les oreilles de sourds muets comme ce fut souvent le cas.
T228