Infos Togo En attendant Boko...

Un avocat dépêché à Lomé pour plaider sa cause

Publié le mercredi 27 mars 2019, par

Il était initialement annoncé qu’il revient à Lomé à partir de demain Jeudi 28 Mars 2019. Il s’agit de l’avocat Franco-Togolais, et ancien ministre de l’Intérieur du Togo, François Akila-Esso Boko.

D’après nos confrères de ""La Lettre du Continent"", dans sa livraison N*797 de ce Mercredi 27 Mars 2019, ""en exil en France depuis 2005, l’ancien ministre togolais de l’Intérieur Akila-Esso François Boko devrait retourner dans son pays le 28 mars, par le vol régulier AF 306 d’Air France. L’avocat franco-togolais a été précédé de quelques jours à Lomé par son conseil et ex-associé Alain Fénéon, arrivé, lui, sur le vol AF 860 du 24 mars. Sur place, ce dernier devrait plaider la cause de son client, qui n’a pas pu jusqu’à présent obtenir le duplicata de son certificat de nationalité en dépit des instructions du président Faure Gnassingbé (LC n°796) à son ministre de la sécurité et de la protection civile, le général de brigade Damehane Yark"".

Si Boko lui même dans une interview quelques jours plus tôt indiquait que son retour est acté, il est révélé dans cet écrit de notre confrère que son avocat, devrait tenter "" par ailleurs de rencontrer ce ministre, qui n’a pas donné suite à ses appels et ses emails.

En tout cas, quant à M. Boko lui-même, on indique qu’il ""a réussi à joindre le général Yark, mais ce dernier affirme attendre d’autres instructions avant d’agir.

On ose croire que ces instructions sont finalement reçues et que Boko, probable candidat à la présidentielle d’avril 2020 au Togo, pourrait rentrer au pays et éviter ainsi de ne pas être frappé par l’exigence constitutionnelle selon laquelle, tout candidat à la présidentielle devrait résider dans le pays les douze mois qui précèdent le scrutin.

T228