Infos Togo

Un activiste politique proche de l’opposition prévient : « En cas d’échec du dialogue, nous allons rendre ce pays ingouvernable »

Publié le vendredi 9 mars 2018, par

A quand la fin de la crise politique togolaise ? C’est la question que beaucoup de jeunes proches de l’opposition cherchent à savoir. Fatigués d’une lutte qui perdure, les jeunes de l’opposition se mobilisent surtout les activistes qui promettent un Togo sens dessus dessous si le dialogue échoue.

En effet dans une interview à Togotimes, l’activiste politique proche de l’opposition, Ayivi Alognon enseignant, âgé seulement de 25 ans n’a pas mâché les mots. Selon cet activiste, leur dernier espoir est placé sur le dialogue en cours avec pour facilitateur Nana Akufo ADDO du Ghana. Et l’activiste met les points sur les i en cas d’échec du dialogue.

"En cas d’échec du dialogue, nous allons rendre ce pays ingouvernable. Nous allons prendre nos responsabilités. La prise de notre responsabilité va passer le fait que nous allons rendre ce pays ingouvernable", a confié dans l’interview, l’activiste.

Selon lui, pour se débarrasser d’un régime cinquantenaire comme c’est le cas au Togo, il faut toujours passer par une zone de turbulence. « C’est pourquoi je vois d’un œil ce dialogue. Faure Gnassingbé, ne va pas lâcher prise tant qu’il n y as une force devant lui, il est prêt à foncer tête baissé dans le mur. Nous allons dire à Faure Gnassingbé Non à un énième mandat », fait-il savoir.

Dans son interview, le jeune Ayivi Alognon pense que, Faure Gnassingbé est dans une autre logique. En témoigne dit-il, les dernières nominations intervenues à la commission électorale nationale indépendante (Ceni) des magistrats.

Se prononçant sur le retour de la constitution de 92, l’activiste est sur la même longueur d’onde que les leaders de l’opposition. « Oui, la constitution de 92 doit revenir », dit-il avant de balayer d’un revers de main, l’idée selon laquelle, ce retour est orienté contre l’actuel président Faure Gnassingbé. Selon lui, c’est un faux fuyant, un alibi.

Faure Gnassingbé a fait deux mandats. C’est un faux fuyant pour s’en passer. A qui était alors est dirigée contre la constitution qui a été toilettée ?, s’interroge l’activiste. « En quoi le retour de la constitution 92 est orientée contre Faure Gnassingbé ? », cherche à savoir l’activiste politique.

Son souhait, c’est que le dialogue débouche sur une transition avec ou sans Faure Gnassingbé. Une élection présidentielle doit être organisée en six mois, élection à laquelle, Faure Gnassingbé ne va plus prendre part. Ou soit, la transition dure jusqu’à la fin de son mandat et il ne va plus se représenter, suggère l’activiste avant de lancer un appel à tous les jeunes de l’opposition surtout aux activistes à rester mobiliser.

Le Togo est confronté, à une crise politique il y a plus de 6 mois. Une crise qui est née à la suite d’une répression sanglante des militants du Parti national panafricain (Pnp) le 19 août 2017. Le Pnp a relancé la lutte pour un Togo plus démocratique en posant deux revendications : le retour à la constitution de 92, le vote de la diaspora.
Togotimes.info