Afrique Symposium de la CAF

« Trop de tergiversations nous ont conduit à être de simples observateurs plutôt qu’acteurs de notre propre destin »

Publié le mercredi 19 juillet 2017, par Gabinho

Intégralité du discours du président de la confédération africaine de football

- Excellence, Monsieur le Premier Ministre du Royaume du Maroc

- Monsieur Gianni Infantino, Président de la FIFA

- Mesdames, messieurs les Ministres et membres de Gouvernements,

- Madame Fatma Samoura, Secrétaire Générale de la FIFA

- Mesdames et Messieurs les membres du Conseil de la FIFA

- Mesdames et Messieurs les membres du Comité Exécutif de la CAF

- Mesdames et Messieurs les représentants de la FIFA et Confédérations sœurs

- Mesdames et Messieurs les représentants des corps diplomatiques

- Madame et Messieurs les Présidents des Associations nationales

- Messieurs les anciens joueurs stars d’hier et aujourd’hui.

- Mesdames et Messieurs les techniciens et les représentants des medias

- Messieurs les représentants des arbitres, les représentants du corps médical.

- Mesdames et Messieurs les partenaires commerciaux de la CAF

- Mesdames et messieurs,

- Distingués invités,

- Chers amis de la grande famille du football africain.

C’est un honneur et un immense privilège pour moi de prendre la parole aujourd’hui devant cette illustre Assemblée pour ouvrir les travaux du plus grand regroupement de la famille de football jamais organisé par le passé en Afrique.

Nous le faisons ici, à Rabat, au Maroc, terre de rencontre et d’accueil, pays de l’authenticité, patrie d’une riche histoire de panafricanisme et dans un contexte que je me plais à rappeler : à savoir que le Maroc a été un membre fondateur de l’organisation de l’Unité Africaine, aujourd’hui l’Union africaine.

En étant ici au Maroc, comment ne pas évoquer un chapitre historique inoubliable. En effet c’était le 4 janvier 1961 à Casablanca que feu sa Majesté Mohamed V, Roi du Maroc, initiait la Conférence de Casablanca véritable fondation de la création de l’unité africaine.

Et l’histoire nous renvoie toujours à l’histoire. Aujourd’hui 18 juillet 2017 est la journée Nelson Mandela décrétée par les Nations Unis pour célébrer la liberté, la justice et la démocratie.

J’ai été élu le 16 Mars 2017 à Addis-Abeba en Ethiopie dans une salle portant le nom….de Nelson Mandela.

C’est une émotion que je tenais à partager avec vous

Le Maroc s’est mobilisé avec une ferveur sans commune mesure pour nous accueillir, nous tous, et nous offrir les conditions optimales de travail, de concentration, de réflexion, et de prise de décisions qui, nous l’espérons, seront déterminantes pour l’avenir du football Africain.

Je m’adresse tout particulièrement à sa Majesté, le Roi Mohamed VI, Roi du Maroc pour lui exprimer au nom de la famille du football mes plus vifs remerciement, pour avoir accepté de patronner et réunir la grande, la très grande famille panafricaine du football dans ce cadre exceptionnel.

A travers sa Majesté, c’est à tout le peuple marocain que je voudrais exprimer ma profonde gratitude pour les efforts déployés par le Comité d’organisation de cet événement présidé par notre collègue et ami Fouzi Lekjaa, également président de la fédération royale marocaine de football.

Enfin mes remerciements les plus sincères vont à vous tous, honorables invités, participants, intervenants, vedettes du football, cadres techniques du football et représentants des médias, partenaires commerciaux, pour avoir accepté l’espace de trois jours, de prendre part à ce regroupement historique de toutes les forces vives du football.

Ce rassemblement, je l’avais souhaité du plus profond de mon cœur bien avant mon élection.

J’ai toujours considéré, en effet, que, malgré les taches ardues en tant que parties prenantes du football et nos nombreuses responsabilités au niveau national, d’organiser une fédération, des compétitions, des réunions et de mettre en place des programmes de développement, il nous manquait un pan entier, presque l’essentiel à l’essor du football Africain :

Nous retrouver pour tirer les leçons du passé et nous projeter dans l’avenir.

Autrement dit , le devoir de nous retrouver pour TOUT NOUS DIRE, les bonnes comme les moins bonnes vérités, et sur la base de ce bilan repartir du bon pied.

Je reste confiant que nous serons plus forts et plus déterminés après avoir mis à plat nos points de divergences.

Comme vous le savez, sans doute, j’ai été élu sur la base d’un programme ambitieux. J’ai promis d’être à l’écoute de tous les opérateurs de football de notre Continent.

J’ai toujours annoncé que je prendrai les décisions stratégiques en cohérence avec les présidents de nos Associations Nationales et je n’ai nullement l’intention de me soustraire à ces obligations.

Je rassure mes collègues et amis, et je leur réitère ce que j’ai déjà dit lors de mon premier Congrès de la CAF à Manama, il y a deux mois à savoir :

Que je reste fidèle à mes engagements, attentif à leurs doléances, fidèle à ma philosophie du devoir bien accompli.

J’assurerai la gestion de la CAF avec l’appui et le soutien de tous les acteurs africains et je lance aujourd’hui solennellement un appel franc à tous les acteurs unis par l’amour et la passion du football africain :

N’ayons pas peur de dire certaines vérités, cela nous renforcera et nous encouragera à rectifier le tir et à réduire la marge de nos erreurs.

Trop de décisions n’ont pas été prises en temps et en heure dans l’intérêt de notre football, Trop de tergiversations nous ont conduit à être de simples observateurs plutôt qu’acteurs de notre propre destin.

Nous devons mettre un terme à cette situation. Faisons, désormais, en sorte que certaines pratiques disparaissent à tout jamais et militons pour installer un esprit de travail sain, une atmosphère de partage, une manière d’opérer plus conforme à l’époque que nous vivons, dans l’absolue transparence dans la force de la vérité. Et ceci sans la crainte de représailles.

Cet appel que je vous lance est celui de tout mettre en œuvre pour atteindre un indispensable consensus ici à Rabat, pendant nos historiques travaux.

Soyons prêts et unis pour prendre le train des réformes qui sont indispensables pour un football africain qui s’inscrit dans un processus global de modernité et de bonne gouvernance.

Soyons prêts à embrasser un programme de réformes utiles qui donne vigueur et profondeur à nos futures actions.

La CAF, notre CAF, votre CAF, a un besoin urgent de Vitalité

- de nouvelles règles de travail

- de mise en place de nouvelles procédures pour se régénérer

- pour se donner de nouvelles ambitions

- pour bannir les pratiques du clientélisme et de l’amateurisme.

Mon ambition, notre ambition, doit se focaliser sur la transformation en profondeur de la CAF, pour, enfin, faire naître une toute nouvelle CAF, fruit de votre profonde volonté de changement.

Je suis personnellement déterminé à réussir ce changement avec vous.

Mes chers collègues, mes chers amis,

Je me dois de vous dire la vérité : aujourd’hui la CAF fait face à plusieurs procès, une réalité que j’ai découvert avec le Comité Exécutif lors de ma prise de fonction.

Nous avons l’obligation d’agir vite, efficacement, en préservant les intérêts supérieurs de la Confédération.

Nous devons nous sortir ensemble de ces épreuves et nous concentrer sur l’essentiel :

- extirper le mal qui a trop longtemps miné les efforts des Associations nationales de faire du football Africain une réforme sur le plan de l’éthique et de la déontologie.

Je suis confiant et je vous le dis très franchement : je serai
intraitable dans la défense de nos positions et pour la résolution positive de tous ces problèmes.

Surtout, je garde le ferme espoir que les autorités politiques de nos pays ne manqueront pas de nous apporter leur franche et totale collaboration pour la réussite de notre mission.

Mesdames, Messieurs, mes chers collègues et amis, vous l’avez compris : nos retrouvailles d’aujourd’hui sont le symbole fort du changement que le leadership du football Africain veut insuffler.

Je reste, pour ma part, persuadé que le plan d’action qui sortira de nos travaux sera réaliste et porteur d’espoir pour les millions de passionnés du football qui ont trop longtemps espéré ce renouveau.

Vous m’avez élu sur un programme qui prône le changement, qui promet une nouvelle dimension internationale de la CAF en tant que maison pour tous du football africain.

Je saisis également cette occasion pour vous annoncer qu’un grand symposium entièrement consacré au Football africain sera organisé au cours du 1er trimestre 2018.

Je voudrais, pour finir, associer les footballeurs de légendes à ces travaux.

Sans vous, le football africain n’aurait pas connu ces moments de gloire, ces moments inoubliables dont nous nous souvenons à chaque fois avec plaisir et émotion.

Je vous donne la garantie que durant ma mandature, la CAF se mobilisera pour vous offrir les conditions les meilleures à votre épanouissement personnel et professionnel.

Aujourd’hui je vous mets à contribution pour les mêmes
raisons :

- Donner un sens à ce changement,

- Instituer des règles plus justes, plus adaptées à notre Football.

Comme la FIFA, l’organisation faitière du football mondial, représentée ici par son Président Gianni Infantino, la CAF doit aussi accepter de prendre la route des reformes et entrer enfin dans l’histoire des confédérations qui ont fait de ces reformes une réussite absolue.

Monsieur le Président, vous avez ramené le football au cœur des activités de la FIFA dans votre programme. L’augmentation significative des ressources allouées par la FIFA au développement du football dans le cadre du Programme FORWARD en témoigne.

L’Afrique est aujourd’hui dignement représentée au sein des instances décisionnelles de la FIFA mais également dans l’exécution des différents programmes mis en exergue dans le cadre de la Nouvelle Vision FIFA 2.0

Soyez rassuré Monsieur le Président que la nouvelle gouvernance de la CAF s’inscrit pleinement dans cette démarche d’une transparence et d’une responsabilité accrues et toutes nos associations nationales membres vous en sont reconnaissantes.

Pour finir, je voudrais dire ceci :

Mesdames et Messieurs, votre présence massive dans cette salle est pleine de signification pour mes collègues du Comité Exécutif de la CAF et pour moi-même.

Avec vous, je suis convaincu que ce Symposium sera une belle réussite et jettera les bases d’un changement durable.

Vos travaux auront un caractère historique, c’est évident.

Soyez imaginatifs, soyez critiques, mais surtout soyez constructifs car, dans quelques années, les générations à venir vous regarderont comme les vrais bâtisseurs du football africain.

Je souhaite plein succès à nos travaux

VIVE LE FOOTBALL AFRICAIN

VIVE LA CAF

VIVE L’AMITIE ENTRE LES PEUPLES AFRICAINS