Infos Togo Droits de l’Homme et situation sociopolitique au Togo

Très préoccupée, la FIDH s’en remet à la CADHP

Publié le lundi 30 avril 2018, par

Du 25 Avril au 09 Mai 2018, la capitale mauritanienne Noaukchott abrite les assises de la 62ème session de la CADHP (Commission Africaine des Droits de l’Homme et des Peuples. Présente à ce rendez-vous des Droits de l’Homme sur le continent africain, la FIDH (Fédération Internationale des Droits de l’Homme) ne passe pas sous silence le cas Togo. Très préoccupée par la situation sociopolitique dans le pays de Faure Gnassingbé depuis le mois d’Août de l’année 2017, la FIDH par cette tribune formule des exhortations.

D’abord, elle ""exhorte l’Union Africaine à œuvrer aux côtés du Peuple Togolais, en vue de l’alternance et du respect des principes démocratiques"". Aussi, compte-elle particulièrement sur l’expertise de la CADHP pour organiser notamment au Togo, ""une Visite d’Etat en vue de rencontrer les protagonistes de la crise sociopolitique et donner un souffle au dialogue en cours"", ""mener une enquête impartiale sur les multiples cas de violations des droits humains soulevées et décriés"" et enfin, ""lancer un appel pressant au gouvernement togolais en vue de la libération de tous les prisonniers politiques et des défenseurs des droits humains encore en détention"".

Si la FIDH condamne la répression sévère des manifestations de revendication de plus de liberté et de démocratie des Togolais par ""la police, la gendarmerie et surtout l’armée"" qui massacrent ""des citoyens par des coups de matraques, des tirs à bout portant de grenades lacrymogènes, de balles en caoutchouc et même quelques fois de balles réelles"", elle n’est pas non plus d’accord que ""le dialogue amorcé depuis plus de deux (2) mois déjà, sous la facilitation du Chef de l’Etat Ghanéen"" constitue ""pour le pouvoir, une occasion pour gagner du temps en vue d’organiser en solo, des élections frauduleuses"".
T228

N.B : Des miliciens en action dans un quartier de Lomé (photo archives)