Infos Togo Togo-Coronavirus-Agriculture

Très affectés, les jeunes entrepreneurs du secteur de la gastronomie togolaise se tournent vers le Chef de l’Etat !

Publié le jeudi 23 avril 2020, par Gabinho

Ils sont un maillon essentiel et complémentaire de la chaîne des valeurs agricoles au Togo. Eux ce sont les restaurateurs. Mais l’heure est visiblement grave pour eux en ces temps de Covid-19. Plus de clients pour leurs mets issus des produits du terroir national, des coins à moitié fermés pour certains alors que d’autres encore sont obligés de réduire leur personnel pour ne pas congédier la totalité… Et dans ça, inutile de dire que le chiffre d’affaire est à presque zéro F cfa.

Ce sont là autant de choses qu’une délégation de Bouge avec le 228 a constaté mardi dernier lors d’une visite à New Galaxy, un des Bars-Restaurants de la capitale togolaise qui fournit entre autres nourritures, des plats africains avec les produits issus de l’agriculture togolaise.

« La crise sanitaire nous a surpris. Actuellement, il y a une très grande difficulté. Il y a la mévente, notre personnel a été diminué et d’autres problèmes suivent. Les choses ne vont pas bien en ce moment. Depuis que Chef de l’État a lancé l’État d’urgence et que les bars ont été interdits d’ouvrir la nuit, on souffre. Dans la journée également, les gens hésitent beaucoup avant de sortir manger dans un bar-resto. Tout le monde préfère manger à la maison pour se protéger contre le virus. Notre activité ici est à genoux. Mais on essaie de gérer cette situation », c’est ce qu’a confié Roland Vidjro, promoteur de cette structure de gastronomie.

Si d’aucuns peuvent comprendre que le temps est grave pour les jeunes entrepreneurs à l’image de ce dernier, le patron de New Galaxy, Service-traiteur, pense déjà à une alternative. « Nous prévoyons opter pour la livraison à domicile. De petites touches seront apportées à nos plats pour convaincre la clientèle à faire des commandes. On aura des étiquettes pour passer l’information. On a prévu aussi une page facebook sur laquelle le menu de chaque jour sera publié. Nous entamerons cette stratégie pour voir les résultats que cela peut donner », a fait savoir M. Vidjro.

Il n’a pas manqué de lancer un appel à l’État qui d’après lui ne peut-être que leur seul secours surtout quant il va s’agir de relancer les affaires, soit l’après Covid-19. « Dans son message le 1er Avril, le Chef de l’État a pensé aux jeunes entrepreneurs. Je lance l’appel au gouvernement de vraiment penser à nous. La crise actuelle à de l’impact sur nous. Je prie l’État de nous faire grâce de certaines taxes pour amortir le lourd tribut que le Covid-19 nous inflige. Vivement que l’État revoit notre cas. Avec cette situation, le futur n’est pas rassurant pour nous jeunes entrepreneurs. L’État doit nous aider » », supplie-t-il.

En tout cas il est à noter que le gouvernement n’est pas sourd à ces genres de sollicitation vu que des actions sont déjà menées pour rendre plus aisées les choses pour les entrepreneurs togolais. Si le ministre en charge de l’Agriculture, de la Production animale et halieutique s’active au mieux pour avoir une idée claire de l’impact de cette crise sanitaire sur les activités des différents acteurs de la chaine des valeurs agricoles du Togo et savoir la thérapie à leur apporter, il est à noter que la CCIT (Chambre du Commerce et d’Industrie du Togo) a également à travers un sondage recensé les informations essentielles pour mesurer les impacts. On ose espérer que des actions seront menées en tenant compte des éléments recensés.

T228