Nos régions Yoto / Bavure de la gendarmerie

Tout Tokpli réclame justice pour le Jeune Louis Anoumou assassiné

Publié le mardi 12 juin 2018, par Gabinho

C’est en un seul homme que les populations de Tokpli rassemblées autour de l’Union des ressortissants de Tokpli (URT) ont réclamé justice hier dimanche au cours d’une conférence de presse pour le jeune Louis Anoumou, qui a trouvé la mort suite à une bavure des agents de gendarmerie.

Donnant la version des faits, cette Union qui avait pour l’occasion le soutien des hautes personnalités dont l’ancien ministre et ancien Secrétaire général de la CDPA, Prof Léopold Messan Gnininvi, a indiqué que les éléments de gendarmerie, qui agissaient dans le cadre d’une descente de l’opération Entonnoir 2 au bord du fleuve Mono, se sont empressés d’ouvrir le feu sur les villageois aux mains nues. Il est relevé dans la déclaration de l’URT que « les tirs nourris à balle réelle des éléments de l’opération Entonnoir ont atteint le territoire béninois au point où une délégation des forces de sécurité béninoise s’est rendue le même jour, le 8 juin 2018 à Tokpli en traversant le Mono. Ils ont été accueillis par leurs homologues du Togo ».

C’est donc fort malheureusement, une de ces balles tirées qui a atteint le jeune Louis Anoumou, qui, n’était pourtant en rien mêlé à quelque trafic de carburant illicite, dont la traque a motivé la descente de ces hommes en uniformes dans le village de Tokpli. Un des témoignages recueillis visiblement par l’Union révèle que cet infortuné se rendait chez les revendeuses installées au bord du fleuve Mono, lieu où il a pris l’habitude de prendre son petit déjeuner quand il a été fauché.

Aussi, dénoncent des responsables de l’URT, le fait que des éléments de l’opération Entonnoir s’était en plus du forfait commis se soient opposés à ce que des jeunes gens puissent porter assistance à la victime, une fois qu’il était à terre, faisant pour cette fois-ci usage de balles en caoutchouc, occasionnant d’autres blessés.

Face à de tels actes, les ressortissants de cette localité disent exiger une « enquête sérieuse » afin de situer les responsabilités. Et que les auteurs de ce crime soient retrouvés et punis. En attendant, indique-t-on, le corps de Louis Anoumou restera en prison.

Aussi, réclament-ils par la voix du président de l’URT, Jacques Agbemadon que le Lieutenant Abdoulaye, responsable de l’opération dans la zone soit purement et simplement relevé de ses fonctions.
T228