Infos Togo SOCIETE

Soédjédé accorde une « Deuxième chance » aux filles-mères désœuvrées

Publié le vendredi 14 août 2020, par Gabinho

Un programme dénommé « Deuxième Chance » pour accompagner les jeunes filles-mères en situation de vulnérabilité à atteindre une autonomisation financière démarre. Ce projet est l’initiative de L’association “Précieux trésor de vie” et la Maison TV5 monde qui ont procédé à son lancement officiel de sa phase pilote, mercredi 12 août 2020 à Lomé.

La première phase de ce programme prend en compte 30 jeunes filles des communes du golfe 5 et Agoè-nyivé5, dont l’âge varie de 16 à 30 ans ayant abandonné les études pour des raisons de grossesse précoces vivant dans la précarité du fait de manque d’activités génératrices de revenus ou de soutien parental mais regorgeant de potentialité.

« Nous nous sommes rendus compte du phénomène de décrochage scolaire. Et quand nous avons cherché la raison, nous avons découvert beaucoup de maux derrière ce phénomène, notamment, la grossesse en milieu scolaire, la précarité ou le fait que le jeune ne se sent pas à l’aise dans le système scolaire classique. A voir ce que ces jeunes deviennent après qu’ils aient décroché, nous avons pensé qu’il faut qu’on les donne une deuxième chance d’affronter l’avenir », a déclaré Mimi Bossou Soedjedé, Directrice de la Maison TV5 monde.

Au programme de cette première phase qui durera six mois, plusieurs formations sont inscrites permettent de leur assurer un développement harmonieux et un épanouissement personnel dans le but d’amener les jeunes filles-mères à avoir une activité génératrice de revenu devant les accompagner dans la deuxième phase.
La deuxième phase est celle de l’apprentissage mais ça ne va pas être gratuit. « Les bénéficiaires doivent participer et prouver leur engagement à travers les économies qu’elles feront à base de leurs activités génératrices de revenus », a précisé la directrice et de poursuivre « Nous, nous allons juste les accompagner et les encadrer. C’est pour cela que nous avons déjà commencé des discussions afin que les 30 bénéficiaires puissent être éligibles aux différents programmes d’accompagnement des jeunes qui ont été mis en place par l’Etat ».

L’objectif est aussi de les amener à prendre conscience de leurs erreurs et les encourager à se donner une seconde chance elles-mêmes. « C’est un travail qui se fera avec rigueur au niveau des filles. Sinon c’est comme si on encourageait les jeunes filles à devenir mère », a-t-elle rappelé.

Il faut noter que ce projet est appuyé par le SCAC (Service de coopération et d’actions culturelles) de l’Ambassade de France au Togo, la société Vlisco etc.
Yvette S. /T228