Infos Togo Politique togolaise / Pour ou contre le pouvoir ?

Satchivi et le Mouvement « En Aucun cas » demandent à Bodjona de clarifier sa position sur la crise togolaise

Publié le lundi 30 juillet 2018, par

Le Mouvement en Aucun Cas, au cours d’une rencontre avec les professionnels des médias, ce lundi 30 juillet 2018 à Lomé, demande aux Chefs d’Etats de la CEDEAO, qui vont se prononcer sur la crise togolais lors du sommet des Chefs d’Etat et de gouvernement de cette institution, de proposer des recommandations qui répondent aux aspirations du peuple togolais.

Le porte-parole du Mouvement en Aucun Cas, Foly Satchivi indique qu’il est nécessaire d’avertir ces Chefs d’Etats qui se vont se réunir, ce mardi 31 juillet 2018 de faire attention. Ainsi, Foly Satchivi demande aux Chefs d’Etats de la CEDEAO, de faire des recommandations qui reflètent véritablement les attentes et aspirations du peuple togolais, de ne rien dire de contraire et de ne pas soutenir le régime en place. « Au cas où ils viendront le faire, qu’ils sachent qu’ils trouveront le peuple sur leur chemin, qu’ils trouveront le Mouvement en Aucun Cas sur leur chemin », a-t-il averti.

Pour Foly Satchivi, il n’est pas question de proposer au peuple togolais, un gouvernement d’union nationale ou des élections sans pour autant faire les réformes institutionnelles, constitutionnelles et électorales qu’exige le peuple.

« Ce que nous demandons, c’est la mise en place d’une transition, c’est le rétablissement des articles modifiés en 2002, c’est la consécration du droit de vote de la diaspora, ce sont les reformes institutionnelles et constitutionnelles, c’est la libération de tous les détenus politiques y compris Kpatcha Gnassingbé, en vue d’une réconciliation nationale réussie », a expliqué Foly Satchivi.

Par la même occasion, le porte-parole du Mouvement En Aucun demande à Pascal Bodjona de se positionner. « Ça fait douze mois que nous avons commencé la lutte mais il n’a pas encore dit de quel côté il est. Il a demandé pardon au peuple togolais et le peuple l’a accepté. Donc, il devient pour lui un devoir de soutenir toutes les initiatives que ce peuple prend en vue de sa liberté », a précisé Foly Satchivi.
Rachel D.