Infos Togo Rapport Législatives de 2018 et projection sur la Présidentielle de 2020

SADD toujours pas rassurée sur les conditions d’un scrutin juste, transparent et équitable

Publié le jeudi 30 janvier 2020, par Gabinho

C’est ce qui ressort d’une conférence de presse tenue par l’organisation de la société civile dirigée par Yves Dossou, qui livrant son rapport des Législatives de 2018 a fait constater que « c’est bien au bout de l’ancienne corde qu’on tisse la nouvelle ». Et donc, on ne saurait parler de la présidentielle de 2020 sans un coup d’œil dans le rétroviseur des diverses scrutins pour y voir les éléments à corriger en vue d’une élection présidentielle crédible.

Un peu plus d’un an après les Législatives de 2018, SADD (Solidarité Action pour un Développement Durable) par la voix de son Coordonnateur général, Yves Dossou a livré ce Jeudi à Lomé, son rapport sur ces élections législatives boycottées par l’opposition traditionnelle, suite à une observation citoyenne faite en déployant sur 112 observateurs sur les 442 centres de votes. Objectif d’une telle publication de rapport, interpeler les différents acteurs sur la nécessité d’apporter des corrections aux divers manquements en vue d’une présidentielle juste, équitable et transparente.

Cette ONG révèle que sa mission d’observation a relevé des irrégularités et autres incohérences. On cite par exemple, entre autres, le fait que dans certains centres ou bureaux de vite, le nombre de bulletins de vote dans les urnes dépasse largement le nombre de votants.

Aussi, a fait remarquer SADD qu’à chaque élection législative, l’opposition traditionnelle a toujours eu plus de voix que le parti au pouvoir, mais que bizarrement c’est ce dernier qui s’en sort avec le plus grand nombre de sièges à l’Assemblée nationale. Il incrimine dès lors le découpage électoral et aussi le manque de stratégie efficace de la part de cette opposition. Tous ces résultats ne sont que les corolaires des méthodes de l’opposition qui a coutume d’appeler au boycott et à l’abstention dont le taux au fil des scrutins a tendance à croître surtout au Sud du pays. En tout cas, Yves Dossou est convaincu de ce que « les stratégies développées par l’opposition togolaise sont loin d’ébranler le pouvoir ». Aussi ajoute-t-il qu’ « on ne saurait gagner une élection sans que votre électorat se soit enrôlé ».

De tout ce qui précède, de l’avis de SADD, si on s’attend à un changement de donne pour la présidentielle qui arrive, il urge qu’une correction soit apportée aux irrégularités relevées lors de ces Législatives et des précédents scrutins.
Siméon Z. / T228