Infos Togo Processus de levée d’immunité

Que reproche-t-on exactement à Agbéyomé Kodjo ?

Publié le mercredi 11 mars 2020, par Gabinho

Essolizam Poyodi, le Procureur de la République n’attend que la levée de l’immunité parlementaire du candidat de la dynamique Kpodzro, Agbéyomé Kodjo, pour le poursuivre et le mettre en prison. Les faits à lui reprochés sont d’une extrême gravité, à en croire la dynamique qui a tenu une conférence de presse hier dans la nuit.

Atteinte à la sûreté de l’Etat, troubles aggravés à l’ordre public, diffusion de fausses nouvelles et dénonciations calomnieuses, voilà les accusations portées contre le président du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD).

D’abord, il est reproché à Agbéyomé Kodjo de faire un usage abusif des symboles de l’Etat. « En effet, aux premières heures de la campagne électorale, le député Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo, candidat du Mouvement patriotique pour la démocratie et le développement (MPDD) et de la dynamique Mgr Philippe Fanoko Kpodzro à l’élection présidentielle du 22 février 2020, s’est adressé aux forces de défense et de sécurité en qualité de futur président de la République en faisant abusivement usage des symboles et emblèmes de l’Etat, tout comme lors de son investiture comme candidat à la paroisse Saint Kizito par Mgr P. F. Kpodzro », relève le Procureur de la République.

Agbéyomé Kodjo est ensuite accusé de calomnier Faure Gnassingbé et son gouvernement, notamment dans l’affaire des incendies des grands marchés de Lomé et de Kara. « Lors de ses interviews sur les médias nationaux et internationaux, notamment sur Radio France Internationale (RFI), au cours de la semaine du 06 au 12 février 2020, le député Gabriel Messan Agbéyomé Kodjo a relayé les accusations portées par Mgr Kpodzro contre le chef de l’Etat, les membres du gouvernement et autres personnalités de l’Etat d’avoir orchestré les incendies des grands marchés de Lomé et de Kara, alors même que l’examen de cette affaire est en cours devant les instances judiciaires compétentes », souligne Essolizam Poyodi.

En outre, le Procureur accuse le candidat de la dynamique Kpodzro de s’autoproclamer président de la République togolaise, avant même la proclamation des résultats provisoires par la Commission électorale nationale indépendante (CENI). Aussi, il lui est reproché d’avoir nommé un Premier ministre et créer un site internet pour son gouvernement.

« En s’érigeant en Président de la République élu au mépris des résultats définitifs de la Cour constitutionnelle et en procédant aux actes subséquents (nomination d’un Premier ministre, création d’un portail officiel du gouvernement) alors même que le mandat du président actuel est toujours en cours, le député Agbéyomé Kodjo accomplit ainsi entre autres les actes subversifs. Ce faisant, il tente de supprimer les instances de la République régulièrement établies », ajoute le Procureur.

Voilà donc les faits reprochés à Agbéyomé Kodjo. Des « faits suffisamment graves », selon la dynamique Kpodzro. On attend la fin de cette journée pour se rendre compte de l’évolution de la situation.

Icilome

N.B : Titre retouché