Infos Togo Les FDR de Me Apévon et la politique de la Libellule

« Quand la libellule rencontre une difficulté, au lieu de fuir ou de reculer, elle change d’axe cognitif »

Publié le lundi 26 novembre 2018, par

Faire de la politique des libellules, c’est ce à quoi le président national des FDR, Me Paul Dodji Apévon a appelé la classe politique de l’opposition samedi dernier à la clôture de la convention de la jeunesse de son parti.

Dans une adresse à cette jeunesse mobilisée pour recréer de l’espoir mais aussi des responsables des partis amis qui étaient présents à cette cérémonie de clôture, le président de ce parti membre de la C14 (Coalition des 14), s’exprimait en ces mots : « Soyons donc persévérants et surtout n’abandonnons jamais. Soyons comme des libellules. Quand la libellule rencontre une difficulté, au lieu de fuir ou de reculer, elle change d’axe cognitif. Elle va à droite, à gauche, elle monte, elle descend, mais ne recule jamais ». C’est donc à cette politique à laquelle le parti au symbole du parapluie blanc dans un fond violet, qui célèbre ce Lundi 26 Novembre 2018 ses deux ans d’existence, convie désormais cette classe politique de l’opposition pour un aboutissement heureux de la lutte pour l’alternance au Togo.

Faisant un bref bilan de ces deux années de vie, pour ce parti qui à son lancement s’est fait sien de recréer l’espoir, Me Apévon, a indiqué que, « recréer l’espoir, c’est quelque chose que nous portons en nous. C’est une valeur. Nous avons considéré qu’en un moment donné, nous sommes dans une situation de désespérance totale. Nous avons pensé qu’il faut que quelque chose soit faite pour que les Togolais se retrouvent. Nous avons lancé ce concept en sachant très bien que ce n’est pas nous seuls. Il y a d’autres forces démocratiques sur le terrain et c’est ensemble avec eux que nous allons recréer cet espoir. Depuis la création de notre parti, les actes que nous devons poser pour qu’ensemble l’opposition se retrouve, repenser le combat autrement, nous sommes sur cette voie là aujourd’hui ».

Et, ajoute-t-il, « moi j’ai de l’espoir que les choses vont changer malgré tout ce que vous voyez superficiellement, il y a des choses qui bouillonnent à l’intérieur et je suis convaincu que tôt ou tard, ça va changer », car, toujours d’après lui, « ceux qui nous gouvernent savent qu’ils ne peuvent pas rester plus longtemps, ils sont en train de faire ce forcing mais ils savent qu’ils ne peuvent rester pour longtemps ».

T228