Infos Togo TOGO-ENTREPREUNERIAT

Pour Nathaniel Olympio, l’influence politique favorise la réussite d’un projet

Publié le mercredi 30 décembre 2020, par Gabinho

L’accès à l’enseignement en général et à la réussite des projets reste inégalitaire en fonction de la catégorie socio-professionnelle d’origine car les familles de la ‘’majorité’’ en sont sous représentées. Dépassé par les dires et les réalités du terrain, le président du Parti des Togolais déplore qu’ « Au Togo, aucun chef d’entreprise ne réussit convenablement sans obligation d’être affidé au régime ».

L’entrepreneuriat est le préalable à la croissance économique et à la baisse du niveau de chômage. Mais force est de constater que l’appartenance politique et sociale voire ethnique prévaut une réussite convenable des initiatives des jeunes.
« Dès la sortie de l’Université, on pousse les jeunes à l’entreprenariat dans un pays où l’on ne favorise pas l’émergence de modèles de réussite privée. Il n’y a pas de capitaine d’industrie célébré auquel les jeunes pourraient chercher à s’identifier », déplore Nathaniel Olympio sur sa page Facebook.

Pour l’opposant, une chose est de clamer fort la politique de soutien à l’entrepreneuriat mais l’autre est d’envisager toutes les entreprises de tous les secteurs et en faire leur promotion sans tenir compte de son opinion politique.
Malheureusement, « les signes extérieurs de réussite ne proviennent que des ministres, des hauts cadres de l’administration et d’entreprises d’Etat ou de leurs enfants qui circulent dans des voitures rutilantes. On ne met en exergue que l’enrichissement des hauts cadres de l’Etat », se désole-t-il dans un premier temps dans son post avant d’accentuer qu’« Au Togo, aucun chef d’entreprise ne réussit convenablement sans obligation d’être affidé au régime. Ils ne peuvent se permettre d’émettre une opinion critique sur le régime ou exprimer leur proximité avec l’opposition politique. C’est l’un des paradoxes économiques du pays », et « cela doit changer ! », a clamé Nathaniel Olympio pour conclure.

Yvette S. /T228