Infos Togo Manifestations de la Jeunesse de l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement)

Payadowa Boukpessi : ""Oui pour les meetings, non pour les sit-in devant les ambassades et ministères !""

Publié le lundi 14 mai 2018, par Gabinho

Saisi le 04 Mai dernier par la jeunesse de l’ANC (Alliance Nationale pour le Changement) par une lettre d’information pour une série de sit-in les 11, 16, 17, 23, 24, 30 et 31 mai 2018, et de meetings les 12, 13, 19, 20, 27 mai 2018 et de rencontres avec les jeunes de votre parti les 18 et 25 mai 2018, le ministre Payadowa Boukpessi a donné deux avis sur les deux évènements.

Pour ce qui est des meetings, le membre du gouvernement et titulaire du portefeuille de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités locales n’y oppose visiblement pas d’objection. ""Je porte à votre connaissance ce qui suit : Je ne trouve aucune objection par rapport aux meetings programmés à Bè-Kpota, blanc place publique à côté des rails, place en face du lycée de Nyékonakpoè, Bè-Kondjindji, Zossimé et Davié ; Dans ces lieux"", indique le courrier de M. Boukpessi, adressé au président de la Jeunesse du parti de Jean-Pierre Fabre.. Aussi invite-t-il "" à éviter les places des marchés pour vos meetings"".

Si cette approbation du ministre est également le cas, pour ce qui est des réunions prévues à l’hôtel Saint Georges de Tsévié et à la Croix rouge d’Atakpamé, tel n’est pas le cas quand à ce qui concerne les sit-in.

""Par contre, les sit-in que vous avez prévus au niveau de : ambassade de France, ambassade d’Allemagne, ambassade du Ghana, ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, ministère de l’administration territoriale, de la décentralisation et des collectivités locales, ministère des infrastructures et des transports, et de la CENI sont interdits"", écrit le membre du gouvernement Klassou.

Pour ces objections, les raisons avancées par le gouvernement sont que : ""ces différents lieux ne sont pas des lieux publics au sens de la loi n° 2011-010 du 16 mai 2011 fixant les conditions d’exercice de la liberté de réunion et de manifestation pacifiques publiques"" et que ""la possibilité de collusion entre vos manifestants et les usagers de ces différents services constitue un risque de troubles graves à l’ordre public"".
T228