Infos Togo Marche de protestation des femmes de la Coalition ce 20 Janvier 2018

Pas de départ à Déckon ni au Carrefour Total Totsi !

Publié le vendredi 19 janvier 2018, par

Contrairement aux manifestations publiques qui ont lieu depuis quelques mois au Togo, la manifestation des femmes de la Coalition des 14 partis de l’opposition togolaise ne chutera pas à la Plage en face de l’Hôtel Sancta Maria, mais plutôt au Collège du Plateau. C’est ce que renseigne un communiqué conjoint de CAP2015 - Groupe de Six- CAR - PNP- Santé du Peuple. Aussi, si les femmes ont voulu créer la sensation en programmant un point de départ au Carrefour commercial de Déckon, refusé depuis pour les manifestations de la Coalition comme point de chute, il n’en sera pas le cas. Selon une information du ministre de la Sécurité et de la Protection civile confirmée par la Coordinatrice de la Coalition, Mme Brigitte Kafui Adjamagbo-Johnson, les itinéraires, du moins les points de départ ont été légèrement modifiés. Ainsi, le point de départ 2 sera plutôt le Carrefour de la Pharmacie de la Nation Totsi, au lieu de Carrefour Total Totsi comme précédemment annoncé, et le point de départ 3 sera plutôt le Carrefour Bourse du travail côté Krytal Optique, au lieu de Carrefour Déckon.

Ceci dit, voici les itinéraires :
Point de départ 1 : Ecole catholique d’Adidogomé – Atikoumé/ Akossombo – Todman -Collège du Plateau
Point de départ 2 : Carrefour de la pharmacie de la Nation Totsi – Feu tricolore de Djidjolé – Atikoumé/ Akossombo – Todman - Derrière Collège du Plateau
Point de départ 3 : Carrefour bourse de travail côté Krystal optique – Fontaine lumineuse – Ramco – Tokoin Trésor –Uniprix (Rails) – Carrefour Eglise Baptiste – Gbossimé – Bd de la Kara – Todman – Derrière Collège du Plateau
« Femme togolaise, digne et ferme dans ton engagement, au moment où tu te bats pour ton avenir et pour celui de tes enfants, au moment où tu te bas pour un Togo nouveau, un Togo démocratique, un Togo d’égalité des chances pour tous, un Togo de justice et de paix, le Chef de l’Etat te répond par l’arrogance et le mépris. Insensible à tes cris de détresse, insensible aux souffrances de tes enfants frappés par le chômage et laissés à l’abandon et au désespoir, insensible à la misère du Peuple togolais, Monsieur Gnassingbé, dans son message du nouvel an, s’est félicité d’un bilan qui tranche outrageusement avec la faillite de sa politique économique et sociale », ce sont là des mots qui placent cette grande manifestation nationale des femmes de l’opposition dans son contexte.

Pour ces femmes qui ont décidé de battre le pavée le 20 Janvier prochain, toutes « vêtues de noir et munies de drapelets togolais, pour dire non, ça suffit, et exiger la restitution à notre peuple sa souveraineté », « cette posture révoltante du chef de l’Etat impose à toutes les femmes togolaises, sur toute l’étendue du territoire national, d’être plus mobilisées et déterminées, d’être encore plus nombreuses aux manifestations nationales de protestation de la Coalition CAP2015 - Groupe de Six- CAR - PNP- Santé du Peuple ».

Et comme revendications pour ces cortèges qui devront s’ébranler et sillonneront la ville de Lomé, on peut retenir entre autres, « l’exigence du retour à la Constitution originelle du 14 Octobre 1992, la révision du cadre électoral et l’instauration du droit de vote des togolais de l’étranger », « la dénonciation des répressions sauvages des manifestations pacifiques publiques du jeudi 28 décembre 2017 ainsi que toutes celles des mois d’Août, Septembre, Octobre et Décembre 2017 ayant fait des morts et de nombreux blessés et exiger qu’une enquête indépendante soit diligentée pour situer les responsabilités et traduire en justice les auteurs et commanditaires », « l’exigence de la libération immédiate et sans conditions, de tous les prisonniers politiques », « l’exigence de l’arrêt immédiat des persécutions, des arrestations, des poursuites et des violences à l’encontre des militants et dirigeants des partis politiques de l’opposition », et « l’exigence de l’arrêt immédiat des entraves à l’exercice du droit constitutionnel de manifestation ».
T228