Infos Togo Feuille de route pour une sortie de crise au Togo

Ourna Gnanta totalement satisfait des remèdes prescrits par Docteur CEDEAO

Publié le mercredi 1er août 2018, par

Hier jeune cadre du parti L’Alliance de Dahuku Péré, aujourd’hui membre du parti politique UNIR, parti au pouvoir, David Ourna Gnanta ne cesse de donner son point de vue quand aux diverses situations qui se présentent sur l’échiquier politique national.

Pour cet ancien membre de l’opposition togolaise qui depuis l’éclatement de la crise actuelle que connait le Togo et dont Docteur CEDEAO a prescrit des remèdes hier en Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement à Lomé, il fallait vite finir avec cette crise pour amorcer le développement du Togo.

Approché par notre rédaction au lendemain de la feuille de route de la CEDEAO tant attendue aussi bien par les acteurs politique de l’opposition que du pouvoir, il s’est à nouveau plié à l’exercice en donnant son avis.

« Les recommandations de la CEDEAO en matière des réformes à opérer au Togo, répondent aux normes, valeurs et principes démocratiques. Nous n’avons cessé d’inviter la classe a évoquée des questions politiquement logiques dans le respect de la légalité », confie M. Gnanta dans un premier temps, avant de poursuivre, « pour ma part, c’est une satisfaction totale ».

Il ne s’est pas abstenu d’adresser une invitation cordiale et courageuse à ses ex pairs de l’opposition. « J’invite l’opposition à prendre la hauteur pour faciliter la réalisation des réformes à l’Assemblée nationale pour éviter la perte de temps et plus de dépenses à l’Etat », lance-t-il. Une invitation tout à fait logique lorsqu’on sait que de tout temps, l’homme a milité pour la fin de la crise afin de penser rien qu’au développement économique du Togo.

Contrairement à d’autres qui peuvent voir un vote en faveur des textes relatives aux réformes aussi bien à l’Assemblée nationale que par voie référendaire, comme une sorte de faiblesse ou un laisser-aller dans le sens du pouvoir sans contrôle aucun, David Ourna Gnanta a une autre appréciation de situation. « Ce n’est pas une faiblesse que d’accepter voter pour ces réformes mais c’est faire preuve de responsabilité politique » analyse-t-il tout en poursuivant, « on est réellement leader quand on a la capacité de montrer la voie et non quand on se fait guider par la masse populaire ».

On espère dès lors que ces invites et suggestions du jeune cadre de UNIR fera bon écho aussi bien au sein de l’opposition que de son actuelle famille politique.
T228