Infos Togo Administration publique au Togo

Nouvelle paralysie de 96 heures pour causes de cinq revendications non satisfaites

Publié le lundi 16 avril 2018, par

Sans réponse à son appel à la libération des trois camardes enseignants arrêtés à Kara, et face aux représailles injustifiées subies par les premiers responsables du Syndicat des greffiers du Togo pour raison de leurs revendications et les précomptes dont font l’objet les les travailleurs du ministère de la Fonction publique, la STT n’a visiblement pas autre choix que de maintenir sa position.

Comme les semaines antérieures, la STT a décidé de reconduire sa grève de 96 heures pour compter de demain mardi 17 au Vendredi 20 Avril 2018 dans tous les services de l’Administration publique du terriroire national.

Sur la plateforme revendicative modifiée de la STT qui tient compte des corollaires, on retient que Nadou Lawson-Oloukounlé ""la libération de nos trois camarades"", ""l’arrêt de toutes les représailles contre les premiers responsables du Syndicat des Greffiers et des précomptes sur les salaires des travailleurs du ministère de la Fonction publique"", ""le doublement de la valeur indiciaire"", ""la réinstauration de l’indemnité de départ à la retraite et l’apurement de ses arriérés à tous les retraités (y compris ceux partis le 1er Avril 2011), et enfin, ""l’élaboration, l’adoption et l’application de tous les statuts particuliers identifiés par la loi portant Statut général de la Fonction publique. Les autres revendications portées par les secteurs ainsi que l’application intégrale des statuts des corps habillés ()Police, Sapeurs pompiers, Pénitenciers et Militaires) qui le sont partiellement"".
T228