Infos Togo POLITIQUE

« Ni le pouvoir, ni l’opposition ne représente le peuple », selon l’ACMT

Publié le mercredi 11 octobre 2017, par Gabinho

Les voix continuent de s’élever pour se prononcer sur la situation sociopolitique actuelle et ce qu’en font les acteurs politiques. L’opposition se réclamer être le porte-voix du peuple et le parti au pouvoir ne s’en défend pas moins toujours au nom du peuple. L’association des cadres musulmans du Togo (ACMT) pense ni l’un ni l’autre ne défend l’intérêt du peuple. Ils ne sont que pour des intérêts propres à eux.

Le Bureau National de Coordination de l’ACMT a rendu publique ce mercredi 11 octobre une déclaration sur la situation sociopolitique du pays. Elle met les deux parties devant leurs responsabilités.

« Que les autorités encadrent les marches et qu’aucun marcheur ne soit humilié ou violenté pour avoir simplement exercé un droit élémentaire. Que les marcheurs respectent les règles du jeu en préservant le caractère pacifique annoncé des marches, sans s’en prendre aux personnes ou aux biens », lit-on dans la déclaration rendue publique.

Selon l’ACMT, les réformes s’imposent pour permettre au Togo de se lancer dans la voie du développement en respectant les droits humains, en veillant à l’amélioration des conditions difficiles de vie des populations, en veillant au respect des engagements pris et au maintien de la cohésion sociale.

Cependant, ces réformes doivent être faites sans violences contrairement à ce à quoi assiste le peuple togolais. L’association des cadres musulmans du Togo pense que « la violence qui reprend droit de cité dans notre pays est à bannir sous toutes ses formes et laisser place à l’objectivité, à la sagesse et au patriotisme ».

Elle déplore également l’instrumentalisation de l’Islam dans un conflit politique qui doit rester politique et trouver une solution politique. C’est une manière de jouer avec le feu.

« Que ceux qui jouent avec le feu en opposant des composantes de la population arrêtent leur entreprise mortifère qui risque de nous conduire vers des lendemains incertains », prévient la déclaration.

Pour une sortie de crise, l’ACMT demande tous les acteurs politiques à se retrouver « dans un dialogue franc et sincère sans agenda caché pour ne pas faire durer une crise qui met déjà en difficulté une partie de la population ».

T228