Afrique Crise politique et transition pacifique en Afrique de l’Ouest

Muhammadu Buhari intraitable : « Les transitions politiques pacifiques n’étaient plus négociables en Afrique de l’Ouest »

Publié le jeudi 8 février 2018, par Gabinho

Il était déjà des premiers en Août et Septembre 2017, à exprimer leur « inquiétude de l’instabilité politique » que pouvait provoquer dans la sous-région, l’éclatement de la crise politique togolaise. Mieux, lors d’une rencontre avec son homologue ivoirien, Alassane Ouattara, pendant le sommet Europe/Afrique d’Abidjan fin novembre, il indiquait que « l’instabilité au Togo aura des conséquences régionales et nous devrons payer le prix du développement ». Muhammadu Buhari, le président nigérian, puisque c’est de lui qu’il s’agit refait parler de lui. Et cette fois, d’après nos confrères de l’AFP, ce fut à la faveur de la réception, ce jeudi à Abuja, de l’Ambassadeur du Togo, Lene Dimban.

S’il ne fait pas directement ou strictement référence à la crise togolaise, M. Buhari qui craint toujours que toute crise politique ne déborde sur les pays voisins, a toutefois fait savoir que « les transitions politiques pacifiques n’étaient plus négociables en Afrique de l’Ouest ».

Il justifie cette position qu’il croit être partagée, par l’ensemble de ses pairs de la sous-région, par le fait qu’ils travaillent « au sein de la CEDEAO (Communauté Economiques des Etats d’Afrique de l’Ouest), à consolider nos relations afin d’assurer la paix et la prospérité pour nos futures génération », et que ceci ne pouvait être concrétisée qu’à la condition d’une « transition pacifique ».

C’est une position affirmée qui intervient alors même que les Togolais, du moins les acteurs politiques se préparent à répondre à l’annonce de l’ouverture d’un dialogue politique le 15 Février prochain, sous la double médiation d’Accra et de Conakry.
T228