Infos Togo Politique / Crise togolaise

Me Tchassona Traoré : « Si nous ne pouvons pas faire une insurrection, n’allons pas mentir au peuple au travers des simulacres de révolution »

Publié le vendredi 23 novembre 2018, par

Visiblement, le divorce est consommé entre Me Mohamed Tchassona-Traoré et la C14. Et ceci depuis son appel aux populations togolaises à saisir le temps du rattrapage du recensement exceptionnel du 16 au 18 Novembre dernier, pour s’inscrire sur les listes électorales. Premier acte de ce divorce, c’est que l’homme a brillé par son absence à la dernière marche de cette Coalition le Samedi 17 Novembre 2018.

Le président du MCD (Mouvement Citoyen pour la Démocratie et le Développement) parti pourtant membre de la C14, jusqu’à son appel au recensement, confirme d’ailleurs ce froid dans les relations indiquant, « qu’il vous souvienne qu’en octobre passé, nous avions fait une sortie médiatique dans un journal de la place, et nous appelons la population à aller se faire recenser. On était le seul parti politique de la Coalition à l’époque à lancer cet appel-là. (…) Le MCD n’est jamais revenu sur l’appel qu’il avait lancé au travers des lignes de votre confrère. Donc nous sommes restés logique à nous-mêmes ».

Et, poursuit-il, « depuis que nous avons sorti notre communiqué, sans le dire, c’est la Coalition, elle-même, qui a pris ses distances vis-à-vis de nous, et nous observons. Vous avez écouté des propos de beaucoup de nos amis de l’opposition sur les chaînes de radio, que nous avons posé un acte des plus imméritoires, des comportements qui ne seront pas tolérés. Comme si c’est la première fois que des gens vont outre les décisions qui sont prises au sein de la Coalition. On a vu des partis politiques, membres de la coalition, qui n’ont pas adhéré à certains mots d’ordre. Mais ça n’a pas soulevé autant de tollés. Mais aujourd’hui, le MCD qui s’exprime librement, nous sommes une formation politique comme toutes les autres, alors pourquoi ce traitement de deux poids de mesures. Mais nous assumons nos actes et nous en tirons toutes les conséquences ».

En tout cas, cette mise en quarantaine qui ne dit pas son nom n’émeut en rien le candidat malheureux à la présidentielle de 2015, qui reste droit dans ses bottes. « Nous n’avons que deux voies » possibles pour renverser pour le régime cinquantenaire des Gnassingbé, et ces voies ne sont que celle démocratique par les urnes et celle révolutionnaire, c’est-à-dire celle de l’insurrection. « Si nous voulons faire une insurrection, donnons-nous les moyens de l’insurrection. Mais si nous ne pouvons pas faire une insurrection, n’allons pas mentir au peuple au travers des simulacres de révolution. Là-dessus, je dis que c’est dangereux pour l’avenir de ce peuple », c’est l’avertissement qu’il formule enfin à l’endroit de ses camarades de lutte.

Ce sont là les avis donnés par le président du MCD chez nos confrères de LA MANCHETTE dans leur livraison N°43 du 21 novembre 2018.

T228