Infos Togo Opinion

Mali, l’air de déjà vu pour Gerry Taama

Publié le jeudi 29 septembre 2022, par Gabinho

Le 22 septembre, les Soudanais proclament à leur tour leur indépendance en dehors de la fédération du Mali mais conservent le nom de Mali pour leur nouveau pays, la première constitution du Mali est datée de ce jour…
Le 1er juillet 1962, le gouvernement créé le Franc malien qui remplace le franc CFA. Le franc malien n’est pas convertible et la détention de l’ancienne devise est interdite. Cette décision aggrave les dissensions avec les commerçants….
Encouragée par l’aile marxisante de son parti unique, l’Union soudanaise, le Mali se tourne vers le bloc communiste dès 1961, voyant en l’URSS le défenseur des grands idéaux de lutte anticoloniale et communiste…
Le franc malien ne parvient pas à se maintenir face aux francs Cfa. Un marché noir s’instaure par des commerçants vendant aux pays voisins du bétail ou des céréales et achetant des marchandises importées pour être revendues au Mali sans paiement des taxes et droits de douanes. Ce marché noir entraîne un manque à gagner pour le budget de l’État, déficitaire de 1960 à 1968…
En janvier 1967, de nouvelles négociations débutent à Paris, prévoyant le retour à terme du Mali au sein de l’UMOA. Des accords conclus en décembre 1967 prévoient à partir du 1er mars 1968 le principe de convertibilité du franc malien….
En 1962, une première rébellion touarègue, limitée à la région de Kidal éclate pour refuser l’autorité du président Modibo Keïta. Les autorités maliennes répriment férocement et place la région du nord sous surveillance militaire…
Le 19 novembre 1968 des quartiers officiers militaires, dont les capitaines Yoro Diakité et Mamadou Cissoko et les lieutenants Youssouf Traoré, Kissima Doukara et Moussa Traoré renversent le régime de Modibo Keïta37. Le président est arrêté au retour d’un voyage officiel dans la région de Mopti….
Un Comité militaire de libération nationale (CMLN) est formé qui met en place un régime d’exception. Le 23 novembre 1968, un gouvernement placé sous l’autorité du CMLN est constitué avec le capitaine Yoro Diakité comme Premier ministre. Le capitaine Charles Samba Cissokho et le chef d’escadron de gendarmerie Balla Koné sont nommés respectivement ministre de la Défense nationale et ministre de l’Intérieur, de l’Information et de la Sécurité…
Le 7 décembre 1968, la constitution du 22 septembre 1960 est abolie et remplacée par la Loi fondamentale. le CMLN est l’organe suprême du pays, son président, Moussa Traoré, est chef de l’État. Le CMLN promet l’adoption rapide d’une nouvelle constitution et des élections dans l’année à venir…
Moussa Traoré fait approuver le 2 juin 1974 une nouvelle constitution créant la 2e république par référendum. Le Oui l’emporte par 99,71 % mais l’opposition qualifie ce référendum de « farce électorale …
Le 30 mars 1976, le parti unique Union démocratique du peuple malien (UDPM) est créé…
Le 27 juin 1990, un poste de gendarmerie est attaqué à Ménaka. C’est le point de départ de l’insurrection armée menée par le Mouvement populaire de l’Azawad de Iyad Ag Ghali…
Le 26 mars 1991, Moussa Traoré est arrêté par le lieutenant-colonel Amadou Toumani Touré. Un comité de réconciliation nationale est formé par les militaires…
Le Comité de réconciliation nationale rencontre les organisations démocratiques regroupées au sein du Comité de coordination des associations et des organisations démocratiques (CCAOD). Ils décident de constituer le Comité transitoire pour le salut du peuple (CTSP), qui comprend dix militaires et quinze représentants des organisations démocratiques dont 4 représentations des associations de jeunes et deux du mouvement de rébellion du nord. Le CTSP, présidé par Amadou Toumani Touré assume les fonctions de gouvernement provisoire…
L’élection présidentielle du 12 et 26 avril 1992 clôt le processus électoral de l’année 1992. Le candidat de l’Adéma-Pasj Alpha Oumar Konaré l’emporte au second tour face à Tiéoulé Mamadou Konaté, candidat de US-RDA et devient le premier président de la 3e république…
Le 1er septembre 2001, Amadou Toumani Touré, dit ATT, demande et obtient sa mise en retraite anticipée de l’armée pour pouvoir se présenter à l’élection présidentielle61. Il est élu président du Mali en mai 2002 avec 64,35 % des voix au second tour…
En septembre 2010, sept étrangers, dont cinq Français, sont enlevés par Al-Qaida au Maghreb islamique. Treize mois plus tard, des Touareg maliens, ex-mercenaires en Libye, reviennent dans la partie nord du Mali : le contrôle de cette partie du pays semble échapper de plus en plus au pouvoir en place à Bamako entre les interventions de Al-Qaida au Maghreb islamique et ces forces Touaregs. Le 22 mars 2012, le capitaine Amadou Haya Sanogo dirige un coup d’État militaire…
Quelques mois plus tard, soumis également à une pression internationale, il rend le pouvoir à des autorités civiles, pour une période de transition, avec comme président par intérim Dioncounda Traoré. Celui-ci organise une élection présidentielle qui se tient les 28 juillet et 11 août 2013 et s’achève par la victoire d’Ibrahim Boubacar Keïta auquel Dioncouda Traoré transmet le pouvoir le 4 septembre suivant…
Le 18 août 2020, celui-ci est renversé par un coup d’État militaire….
J’ai fait exprès de présenter l’histoire du Mali pour que ceux qui n’en connaissent pas l’origine et qui jubilent, en saisissent la teneur. Le Mali est déjà sorti du franc CFA avant d’en revenir suite aux problèmes, est déjà sorti de l’UEMOA avant d’en revenir, et a été partenaire privilégié de l’URSS avant de devenir non-aligné.
Le pays, depuis son indépendance, connait actuellement son 5eme coup d’Etat militaire. Si les Militaires étaient une solution au Mali, le problème serait réglé depuis.
Et le problème Touareg existe depuis 1962. 60 ans que ça dure.
Je ne fais pas d’autres commentaires. A chacun de se faire son idée, et de laisser parler l’histoire. Mais soyons les témoins de notre époque.
Apprenons notre histoire vivants.
Gerry.